Aller au contenu principal

De nombreux professionnels des différents secteurs de l’économie maritime française continuent à travailler : marins, portuaires, conchyliculteurs, certains salariés de la construction navale… « Pour ces personnes, le port d’un masque est nécessaire pour la poursuite de leur activité », souligne Frédéric Moncany de Saint-Aignan, président du Cluster maritime Français, interrogé hier par Mer et Marine.

Le CMF a donc décidé de recenser tous les besoins des différents secteurs, « avec du volume, il est plus facile de placer rapidement une commande ». Ce tour rapidement fait, le CMF établit les besoins de masques de type FFP1 à 4.5 millions pour 30 jours. « Nous nous sommes rapprochés de CMA CGM pour leur demander de nous aider dans cette démarche. Ils ont immédiatement répondu favorablement et via leur filiale CEVA Logistics nous avons pu commander les masques en Chine ». Ceux-ci sont actuellement en production et seront envoyés dans les jours qui viennent par avion à Paris. Les masques seront ensuite répartis entre les entreprises.

Les prochaines commandes seront sans doute acheminées par voie maritime. Ou elles pourront éventuellement être passées auprès des usines qui produisent des modèles textiles en France. Et ce en fonction de l’évolution de la doctrine des autorités de Santé sur la typologie de masques nécessaires.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs. 

 

Aller plus loin

Rubriques
Divers
Dossiers
Coronavirus Cluster Maritime Français (CMF)