Aller au contenu principal

Au lendemain de l'annonce de la composition du gouvernement Ayrault, les différentes professionnels du monde de la mer ont attentivement observé la « maritimité » de ce dernier . Première observation, il est difficile, pour l'instant, de connaître exactement les domaines de compétence de tous les nouveaux ministères, puisqu'ils seront prochainement précisés par décret. Mais tout le monde a pu, d'ors et déjà, constaté la création d'un ministère délégué aux transports et à l'économie maritime. Ce nouveau portefeuille, dont on ne connait pas encore réellement la répartition des compétences maritimes avec son grand ministère de tutelle, celui de l'Ecologie de Nicole Bricq, a été confié à Frédéric Cuvillier. Ce dernier est l'actuel maire de Boulogne-sur-Mer, grand spécialiste de la question maritime et notamment auteur du rapport intitulé le Défi Maritime français, inspirant le programme de campagne de François Hollande. Au lendemain de sa nomination, le nouveau ministre était déjà sur le terrain, aux côtés des familles des marins disparus dans le naufrage du Bara Pemdez. La question de la pêche au sein du nouveau ministère de l'Economie maritime Une nomination qui séduit et qui interroge dans le milieu. Qui séduit par la connaissance reconnue du milieu du nouveau ministre. A l'image de Raymond Vidil, président d'Armateurs de France qui dans son message de félicitations à Frédéric Cuvillier, souligne que cette nomination est une "double bonne nouvelle. Notre ministre des Transports est un spécialiste du maritime : un signe de reconnaissance pour notre secteur. Et l'intitulé « économie maritime » suggère que l'on va enfin parler de notre secteur comme d'un vecteur essentiel de l'économie. " Mais un nouveau ministère qui interroge également, notamment sur le domaine exacte de ses compétences, surtout dans le domaine de la pêche, qui relève jusqu'ici du ministère de l'agriculture. Ainsi, le Cluster Maritime Français « se réjouit que l'économie maritime apparaisse pour la première fois, d'une façon qu'il veut croire « non subsidiaire », dans l'intitulé d'un Ministère délégué très important et que les transports y soient associés, avec l'espoir que cela fera encore progresser l'ardente obligation que constitue l'intermodalité ». Mais, relayant les inquiétudes des pêcheurs, le Cluster rappelle également son souhait que "l'acquis de l'expérience positive en matière de responsabilité commune agriculture/pêche soit préservé. Et donc que l'organisation gouvernementale définitive corresponde aux voeux des pêcheurs, surtout au moment où les proches échéances européennes vont engager leur avenir pour de nombreuses années ". Les prochaines négociations sur la nouvelle politique commune des pêches, qui doivent avoir lieu dans les mois qui viennent à Bruxelles, s'annonce en effet très compliquées et vont requérir une énergie et une expertise importante de la part des négociateurs français. Ceux-ci se trouvaient jusqu'ici au ministère de l'Agriculture, où les négociations européennes, notamment autour des quotas sont des mécanismes communs aux deux secteurs et bien connus des fonctionnaires. Là encore, ce seront les prochains décrets qui éclaireront sur la future organisation du ministère et des compétences. Jean-Yves Le Drian à la Défense Sa nomination n'a pas été une réelle surprise. Jean-Yves Le Drian a été, durant la campagne de François Hollande, le spécialiste des questions de défense. L'actuel président du conseil régional de Bretagne, et ancien maire de Lorient, a déjà eu un portefeuille ministériel, puisque c'est lui qui a mené la difficile réforme de la manutention portuaire en 1992. Un nouveau ministre de la Défense breton et fortement maritimiste, qui a longuement siégé à la commission de la Défense de l'Assemblée Nationale et dont les compétences dans le domaine sont reconnues. A tel point qu'il aurait été approché à deux reprises (en 2007 et en 2009) par Nicolas Sarkozy pour occuper ce même poste en tant que ministre d'ouverture. Ce qu'il avait, par deux fois refusé. Durant la campagne, il a multiplié les contacts avec les experts militaires et a défriché tous les grands dossiers de la Défense. Un chantier qui s'annonce vaste et qui devrait commencer par la rédaction d'un nouveau livre blanc de la Défense ainsi que la préparation d'une nouvelle loi de programmation militaire. Le Cluster salue cette nomination et rappelle que « Jean-Yves Le Drian, qui a déjà souvent prouvé - au plus haut niveau - sa capacité à faire respecter et avancer les dossiers les plus complexes et les plus difficiles ». Jean Yves Le Drian, nouveau ministre de la Défense(© : DROITS RESERVES) Enfin, le président du Conseil Régional de Guadeloupe, Victorin Lurel devient ministre de ce que, pour la première fois, on appelle "les" outre mers. Il succède à une autre guadeloupéenne, Marie-Luce Penchard.

Aller plus loin

Rubriques
Divers