Aller au contenu principal

Après cinq jours d’immobilisation dans le port de Catane, en Sicile, près de 140 migrants recueillis par les garde-côtes italiens au large de la Libye ont pu débarquer dimanche 26 août. Ils étaient bloqués sur ordre de Rome à bord du Diciotti, patrouilleur de la Guardia Costiera. Cette situation a fait l’objet d’un nouveau bras de fer entre le gouvernement italien et l’Europe, le premier exigeant que les pays membres de l’UE s’engagent à accueillir les naufragés avant d’autoriser leur débarquement. Finalement, une petite cinquantaine de migrants rejoindrait l’Irlande et l’Albanie, l’église catholique s’engageant à s’occuper des autres.

Suite à cette affaire, la justice italienne a ouvert à l’encontre de ministre intérieur italien, Matteo Salvini, une enquête pour « séquestration de personnes, arrestations illégales et abus de pouvoir ».

 

Aller plus loin

Rubriques
Divers