Aller au contenu principal

Ils avaient entrepris de traverser la Manche à la rame sans y être apparemment préparés. Le 7 juin, deux hommes ont été secourus alors qu’ils se trouvaient en détresse au beau milieu du dispositif de séparation du trafic des Casquets. Une véritable autoroute maritime par laquelle transitent chaque année quelques 60.000 navires. Partis de Weymouth, les deux rameurs, voyant qu’ils ne pourraient atteindre leur objectif, l’île anglo-normande de Jersey, ont lancé un appel de détresse. Le signal a été capté par le Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (CROSS) de Jobourg et les garde-côtes de Guernesey. Après plusieurs contacts avec des navires transitant dans le secteur, une position approximative de l’embarcation a pu être déterminée. De là, le CROSS a fait appel à un avion de surveillance maritime Falcon 50 de la Marine nationale. L’appareil, déjà en vol, s’est dérouté vers la zone de recherche. Il a permis d’affiner la position des deux rameurs et de confirmer leur besoin d’assistance.  Le Falcon 50 est resté sur place jusqu’à l’arrivée, vers 10h45, de la vedette de sauvetage britannique Roy Barker, de la Royal National Lifeboat Institution. Celle-ci a recueilli  les deux hommes et remorqué leur embarcation jusqu’à l’île d’Aurigny. « Compte tenu du trafic maritime dans la zone Manche – mer du Nord, ce type de traversée est particulièrement risqué, en particulier à bord d'une embarcation de petite taille qui peut ne pas être visible de la passerelle d'un navire à fort tonnage. Une telle traversée nécessite une préparation rigoureuse, du matériel adapté et de préférence un navire accompagnateur », rappelle la préfecture maritime de la Manche et de la mer du Nord.

Aller plus loin

Rubriques
Divers
Dossiers
Société Nationale de Sauvetage en Mer (SNSM)