Aller au contenu principal

C’est l’une des conséquences de la tragédie du 24 novembre. Après la mort de 27 migrants tentant de franchir le détroit du Pas-de-Calais, plusieurs ministres en charge de l’immigration (Belgique, Allemagne, Pays-Bas, France), ainsi que la Commissaire européenne chargée des Affaires intérieures et des représentants des agences européennes Frontex et Europol s’étaient réunis dimanche 28 novembre, à Calais. Ils ont notamment convenu de déployer via Frontex un avion de surveillance maritime à partir de mercredi 1er décembre. Le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin avait expliqué qu’il va « jour et nuit, pouvoir aider les polices française, néerlandaise et belge ». Il doit aider à « voir les réseaux de passeurs, à voir les traversées et à les prévenir le plus en amont possible ».

 

269257 frontex danois
© MINISTERE DE L'INTERIEUR

(© MINISTERE DE L'INTERIEUR)

269258 frontex danois
© MINISTERE DE L'INTERIEUR

(© MINISTERE DE L'INTERIEUR)

269271 avion frontex
© FRONTEX

(© FRONTEX)

 

L'appareil a été fourni par l'armée de l'air royale danoise (RDAF ou Flyvevåbnet). Il s'agit d'un biréacteur de surveillance maritime CL-604 Challenger (Bombardier) qui a atteri hier à l'aéroport de Lille, avec un équipage expérimenté ayant déjà travaillé dans d'autres opérations de l'agence européenne, notamment en Espagne. L'équipage sera épaulé par des officiers de liaisons pour travailler avec les autorités françaises et belges. Le directeur exécutif de Frontex Fabrice Leggeri a indiqué qu'il s'agissait d'un début. L'agence pourrait renforcer son soutien si nécessaire.

Le Danemark dispose de quatre jets CL-604. Ils sont employés pour des missions de lutte anti-pollution ou la piraterie, de la surveillance des pêches ou des missions de sauvetage.  

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Aller plus loin

Rubriques
Divers