Aller au contenu principal

La ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, était en déplacement lundi à Dunkerque où elle a confirmé la poursuite du projet de construction du parc éolien en mer. Cette décision fait suite au débat public mené entre le 14 septembre et le 20 décembre 2020 par la Commission particulière du débat public (CPDP) qui avait rendu ses recommandations en février dernier. Avec un maximum de 46 éoliennes offshore, le projet porté par la société Eoliennes en Mer de Dunkerque (consortium formé de EDF Renouvelables, Enbridge et RWE Renewables), doit avoir une capacité de 600 MW et commencer sa production à l’horizon 2027.

Maîtres d’ouvrage du parc et de son raccordement, EMD et RTE (Réseau de transport d’électricité) avaient décidé de poursuivre le projet à l’issue des recommandations émises par la CPDP. Selon un communiqué lundi, des engagements ont été pris pour « conduire une démarche continue d’information et de participation avec la population », « renforcer les mesures en faveur de la biodiversité » (une étude d’impact environnemental doit être réalisée et un radar de l’avifaune installé à Dunkerque), « veiller à l’intégration paysagère » (le parc a été reculé de 9 à 11 km des côtes) et « positionner le projet au coeur des développements économique, industriel, maritime et touristique du Dunkerquois ».

RTE a également présenté le raccordement électrique du parc. La sous-station se situera dans une zone au sud-ouest du parc. Ce poste électrique en mer transformera l’électricité porduite de 66.000 à 225.000 volts. De là partira 20 à 25 km de raccordement électrique au réseau haute tension. Le poste électrique terrestre se trouvera sur le territoire du Grand port maritime de Dunkerque, à Mardyck.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

 

 

Aller plus loin

Rubriques
Energies marines