Aller au contenu principal

Une vingtaine de nœuds soufflent au large de Fécamp. Une houle courte secoue les plus petits navires participant aux travaux de construction du futur parc éolien de 497 MW. Le Cable Enterprise, mesurant 124.32 mètres de long par 31.6 de large, est tout proche de la sous-station. Le câblier de Prysmian à positionnement dynamique DP2 est mobilisé pour connecter au continent cet élément clé du parc, puisqu’il transforme la tension du courant alternatif produit par les éoliennes de 33.000 à 225.000 volts pour l’exporter vers le continent via deux câbles. Justement, l’un de ces gros câbles d’exports striés de jaune pend d’un bras de chargement du navire. Mais le Cable Enterprise et son équipage sont en attente. La météo ne permet pas, ce jour-là, de transférer les techniciens sur la sous-station pour lancer les opérations de tirage du premier câble.

 

© MER ET MARINE - GAEL COGNE

 

© MER ET MARINE - GAEL COGNE

 

© MER ET MARINE - GAEL COGNE

 

Des travaux menés par RTE

Comme sur tous les premiers projets de parcs éoliens en mer en France, le développeur (ici, le consortium EDF Renouvelables, Enbridge et WPD Offshore) est responsable de l’installation des éoliennes, des câbles inter-éoliens et de la sous-station. Son

Aller plus loin

Rubriques
Energies marines
Dossiers
EMR : éolien offshore posé et flottant