Aller au contenu principal

Le groupe italien Saipem a signé un contrat avec le danois Bladt Industries pour sous-traiter la fabrication des 64 pièces de transition destinées aux éoliennes du champ offshore de Courseulles-sur-Mer (450 MW). Elles seront fabriquées dans l’usine d’Aalborg à partir d’août de cette année, avec un chargement prévu pour fin 2022. Chaque pièce sera haute de 24 mètres et pèsera 500 tonnes. Bladt Industries affirme avoir livré 2300 fondations jusqu'ici, pour presque un tiers des éoliennes offshore installées dans le monde.

Pour mémoire, Saipem a remporté un contrat d’une valeur totale de 460 millions d’euros avec la société Eoliennes Offshore du Calvados, pour le parc éolien offshore de Courseulles-sur-Mer. L’Italien doit concevoir, construire et installer les fondations des 64 éoliennes du futur champ. Saipem fournira monopiles en acier et pièces de transition fabriquées en Europe. Elles seront installées par le navire Saipem 3000 et sa grue Clyde 76 de forte capacité (2400 tonnes). L’ancien Maxita, construit en 2003, reconverti en navire Heavy Lift mesure 162 mètres de long, pour 38 de large. Il est équipé d’un système de positionnement dynamique DP3.

Situé entre 10 et 16 km des côtes, sur une superficie de 46 km2, par des profondeurs de 22 à 31 mètres,  le champ de Courseulles comptera 64 éoliennes Siemens Gamesa de 7 MW pour une puissance totale de 448 MW. Développé par EDF Renouvelables, Enbridge et wpd offshore, il doit entrer en service à l’horizon 2024. Sa sous-station électrique a été commandée aux Chantiers de l'Atlantique

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Aller plus loin

Rubriques
Energies marines