Aller au contenu principal

Le chantier CMN de Cherbourg a achevé d’assembler le prototype de l’hydrolienne HyTide, développée par Voith Hydro. La machine était arrivée à la pointe du Cotentin le 22 avril, en pièces détachées. Ce montage s’inscrit dans le cadre d’un accord de partenariat signé le 5 février entre GDF Suez, Voith, Cofely Endel, Ace et CMN. Cette alliance doit permettre au groupement de proposer une offre compétitive pour installer un parc pilote de 3 à 6 hydroliennes dans le Raz Blanchard à partir de 2016. En attendant, le prototype assemblé à Cherbourg va rejoindre par barge l’Ecosse, afin d’être installé sur le site du Centre européen d’énergie maritime (EMEC), qui dispose d’un raccordement électrique à la terre et offrira la possibilité de tester la machine en conditions réelles.

 

 

75431 hydrolienne cmn voith
© CMN

Le prototype de l'HyTide dans les ateliers de CMN (© : CMN)

 

75433 hydrolienne cmn voith
© CMN

Le prototype de l'HyTide dans les ateliers de CMN (© : CMN)

 

 

Dans ses ateliers, CMN a assuré l’assemblage final de l’hydrolienne, en fixant notamment les trois pales du rotor, qui offrent à celui-ci un diamètre de 12 mètres, tout en travaillant sur la connectique et les interfaces entre les différents sous éléments. Le chantier a également réalisé une structure mécano-soudée destinée à supporter l’ensemble, qui affichera un poids total de 226 tonnes. Capable de développer une puissance de 1 MW, la turbine, à elle seule, mesure 18 mètres de long et 4 mètres de diamètre, pour un poids de 160 tonnes. « Ce contrat, le tout premier dans les Energies Marines Renouvelables, marque pour CMN un tournant stratégique, concrétisant sa volonté de se développer sur ce nouveau secteur d’activités. Dans les 20 prochaines années, il faudra construire, assembler, poser et maintenir des centaines d’hydroliennes, produites en majeure partie dans notre région », explique le chantier cherbourgeois. Ce dernier rappelle que le seul site du raz Blanchard représente un gisement de plusieurs GigaWatts de production d’électricité. Or, il faut 1000 hydroliennes comme l’HyTide pour offrir une puisse d’1 GW, ce qui donne une idée du potentiel industriel que peut représenter cette nouvelle filière. Un nouveau secteur sur lequel CMN se positionne non seulement en termes d’assemblage, mais également pour la conception et la construction de navires spécialisés dans la pose et la maintenance de ces machines.

Aller plus loin

Rubriques
Energies marines
Dossiers
EMR : Hydrolien houlomoteur et autres énergies marines Constructions Mécaniques de Normandie (CMN)