Aller au contenu principal

Le groupe français Eiffage a remporté deux gros contrats pour des champs éoliens britanniques, via sa filiale belge Smulders. Ces contrats remportés en groupement et portant sur la livraison de fondations et de sous-stations concernent les parcs Dogger Bank C (troisième phase) et Moray West.

Le premier contrat, qui porte sur des fondations pour Dogger Bank C, a été remporté avec l’entreprise néerlandaise Sif. Il consiste à fabriquer et fournir 87 fondations monopieux et leurs pièces de transition pour les turbines Haliade-X de 14 MW de GE. Déjà, le groupement Eiffage-Sif avait remporté le contrat pour les deux premières phases de cet immense parc au large du Yorkshire. Développé par SSE Renewables, Equinor et Eni, il aura une capacité totale de 3.6 GW à son achèvement, ce qui en fera le plus grand champ éolien offshore au monde. Smulders sera en charge du « façonnage de l’acier secondaire des pièces de transition ainsi que de l’assemblage, du revêtement et des tests des pièces de transition entièrement équipées », explique Eiffage.

Le second contrat, qui porte sur deux sous-stations électriques pour Moray West, a été remporté avec l’allemand Siemens Energy. Cette fois, Smulders assurera l’ingénierie et la construction des deux topsides des sous-stations abritant les modules de transformateur offshore (OTM) de Siemens Energy. Les travaux commenceront en avril en Belgique, avant l’assemblage réalisé à Newcastle, en Angleterre, où Smulders a fabriqué les 55 jackets du parc voisin de Moray East. Le parc de Moray West développé par Ocean Winds et Ignitis Group doit entrer en service en 2024. Situé au large de l’Ecosse, il aura une capacité de 860 MW avec jusqu’à 85 turbines fournies par Siemens Gamesa.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

 

Aller plus loin

Rubriques
Energies marines