Aller au contenu principal

Verra-t-on prochainement des pipes exportant de l’hydrogène remplacer les câbles véhiculant l’électricité ? Le groupe Siemens Gamesa explore cette piste avec le fabricant néerlandais Strohm, spécialiste des tuyaux en composite thermoplastique (thermoplastic composite pipe ou TCP), qui ont l’avantage de ne pas être fragilisés par l’hydrogène, à l’inverse des alliages comme l’acier. Les deux partenaires ont signé un MoU (Memorandum of Understanding) pour développer des solutions de transfert d’hydrogène vert produit directement sur les éoliennes offshore en direction de la terre ferme.

 

269857 tuyaux hydrogène siemens gamesa électrolyseur
© STROHM

(© STROHM)

 

Strohm explique que ses tuyaux qui ne sont pas sujets à la corrosion ont l’avantage d’être flexibles et de pouvoir être tirés dans l’éolienne. En janvier dernier, Siemens Gamesa et Siemens Energy avaient annoncé investir 120 millions d’euros sur cinq ans pour développer une solution de production d’hydrogène vert directement en mer, sur les éoliennes. Il s’agissait à la fois de concevoir un électrolyseur modulaire pour l’environnement maritime et de travailler sur son intégration dans une turbine de 14 MW, sur une plateforme sur la pièce de transition. Un démonstrateur est attendu pour 2025.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Aller plus loin

Rubriques
Energies marines