Aller au contenu principal

Un consortium japonais réunissant KLine Wind Service, Japan Marine United Corporation (JMU), Nihon Shipyard et Toa Corporation a annoncé le 21 janvier qu’il travaillait à la production en masse de flotteurs d’éoliennes en mer et à la réduction des coûts d’installation. Ce projet a obtenu le soutien du Fonds d’innovation verte au Japon.

Le consortium doit déveloper « une méthode de production de masse » pour les futurs flotteurs. Il veut aussi travailler à la réduction des coûts de la fondation flottante, mais également du système d'ancrage, des opérations d'installation en mer et de l'EPCI (ingénierie, approvisionnement, construction et installation). JMU sera en charge de la partie développement et fabrication de la fondation flottante et de l’EPCI de projets éoliens flottants, Nihon travaillera à l’ingénierie de la fondation et au développement de navires de support pour les futurs projets, KLine se penchera sur le développement de l’installation des flotteurs et Toa sera en charge de la question de l’assemblage des éoliennes.

Une technologie importante pour le Japon

Pas encore déployé commercialement, l’éolien flottant coûte très cher. Mais la société de classification DNV estime que le flottant, qui ne représente qu’environ 100 MW aujourd’hui, devrait atteindre 10 GW en 2030 et 250 GW en 2050, date à laquelle son coût actualisé de l’énergie (LCoE - Levelized Cost of Energy) pourrait se situer autour de 40 euros par MWh. A titre de comparaison, le LCoE de l’éolien posé, en France, se situait en 2020 entre 110 et 150 euros le MWh et devrait se trouver entre 52 et 92 euros en 2030.

Le Japon a un plateau continental qui plonge rapidement. L’éolien en mer posé ne pouvant être installé au-delà d’une cinquantaine de mètres de fond, l’éolien flottant pourrait jouer un rôle important dans la décarbonation du pays qui veut approuver trois à quatre sites par an pour l’éolien en mer (posé comme flottant), pour une capacité de 1 GW, soit une trentaine de sites représentant 10 GW en 10 ans. Déjà, plusieurs projets pilotes y ont été lancé les années passées, comme le prototype Hibiki doté d’un système Damping Pool conçu par BW Ideol et installé dès août 2018.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Aller plus loin

Rubriques
Energies marines
Dossiers
EMR : éolien offshore posé et flottant