Aller au contenu principal

L’armateur écossais North Star Renewables a obtenu un contrat d’affrètement à long terme (10 ans) pour un quatrième navire pour le parc éolien de Dogger Bank. En conséquence, il a commandé un nouveau SOV (service operation vessel - navire de soutien à l’éolien offshore) livrable fin 2024 par Vard, à qui il avait déjà confié la conception et la construction des trois premiers SOV.

Alors que ces derniers seront affectés aux phases à A et B de Dogger Bank, le quatrième sera dédié à la maintenance de Dogger Bank C, troisième phase du parc éolien géant situé en mer du Nord, à 130 km des côtes britanniques. Comme les autres, il sera construit à Vung Tau, au Vietnam.

Cette quatrième unité sera de type VARD 4 12 (78 mètres et 60 personnes). Elle sera également équipée d'une propulsion diesel-électrique secondée par un parc de batteries, de grues 3D, d’une passerelle à compensation de mouvements avec un système d’ascenseur.

Le champ situé en mer du Nord, au large du Yorkshire, sera doté d'éoliennes Haliade-X de GE. En réalité, le projet Dogger Bank, mené par SSE Renewables, Equinor et Eni regroupe trois sites : Creyke Beck A, Creyke Beck B et Teesside A. Chacun doit produire 1.2 GW, pour un total de 3.6 GW. Soit de quoi alimenter 4.5 millions de foyers chaque année, l’équivalent de 5 % environ de la production d’électricité estimée au Royaume-Uni. La première phase du parc géant britannique doit être opérationnelle en 2023, la mise en service du reste du projet étant prévue d'ici 2025. Une fois terminé ce sera le plus grand parc éolien en mer au monde.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

 

Aller plus loin

Rubriques
Energies marines
Dossiers
Vard