Aller au contenu principal

Le lancement de la construction de la nouvelle usine GE Renewable Energy de Teesside (dans le nord de l’Angleterre, avec un débouché sur la mer du Nord) ne devrait plus tarder. Le turbinier a annoncé qu’il avait obtenu l’approbation des autorités locales de planification pour construire sa nouvelle usine de fabrication de pales d’éoliennes exploitée par sa filiale LM Wind Power. Elle devrait commencer d’ici la fin de l’année, après la finalisation des documents contractuels.

Comme à Cherbourg, le site, qui doit entrer en service en 2023, fabriquera des pales de 107 mètres de long pour les éoliennes Haliade-X. Elles seront installées sur le champ de Dogger Bank, construit en trois phases d’ici 2026, pour une capacité totale de 3.6 GW. L'installation de 7.8 hectares, dans la zone South Bank du site de Teesworks, jouxtera un nouveau quai de transport de charges lourdes d'un kilomètre de long. Le recrutement de 750 personnes doit commencer à partir de mi-2022.

Pour mémoire, le Royaume-Uni a annoncé en début d’année débloquer une enveloppe de 111 millions d’euros pour soutenir le développement d’infrastructures industrielles dans deux ports pour l’éolien offshore. Il s’agit de Humber (estuaire entre le Yorkshire et le Lincolnshire) et Teesside. Ces deux hubs, au statut de port franc, doivent accueillir les entreprises participant au développement de 9 GW de projets éoliens offshore. L’Able Marine Energy Park (AMEP), sur la rive sud de l’Humber, doit couvrira 317 ha avec 1340 mètres de nouveaux quais en eau profonde. Conçu pour le secteur des énergies marines renouvelables, il accueillera des installations pour la fabrication, le stockage, l’assemblage et le déploiement d’éoliennes offshore, ainsi que les chaînes d’approvisionnement.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

 

Aller plus loin

Rubriques
Energies marines