Aller au contenu principal

LM Wind Power, filiale du groupe GE, a annoncé, mardi 12 octobre, la mise en place d’un deuxième moule pour la fabrication de pales d’éoliennes de 107 mètres dans son usine de Cherbourg, afin de répondre à une demande croissante. Ainsi, 200 nouveaux employés doivent être recrutés passant l’effectif total de l’usine à 800 personnes.

De plus, GE Renewable Energy veut moderniser le site, qui s'étend actuellement sur 25.000 m². L’entreprise veut l'étendre avec la construction d’un hall supplémentaire pour la finition des pales avant expédition. 

Pour mémoire, la construction de l’usine a commencé en mars 2017, alors que le spécialiste danois LM Wind Power, à l’origine du projet, venait d’être racheté par GE. Après avoir ouvert en avril 2018, elle a été inaugurée en novembre 2019 et a produit la première pale d’éolienne en mer au monde de plus de 100 mètres pour une turbine Haliade-X.

Cette éolienne dont des versions de plus en plus puissantes sont développées (12, 13, voire 14 MW) a rencontré plusieurs succès. GE Renewable Energy a notamment décroché un contrat pour fournir 277 Haliade-X (190 de 13 MW et 87 de 14 MW) pour les trois phases du projet Dogger Bank, d'une capacité totale de 3.6 GW. Pour répondre à la demande, LM Wind Power va lancer la construction d'une autre usine à Teesside (dans le nord de l’Angleterre, avec un débouché sur la mer du Nord). Comme à Cherbourg, ce nouveau site, qui doit entrer en service en 2023, fabriquera des pales pour les éoliennes Haliade-X qui seront installées sur le champ de Dogger Bank.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Aller plus loin

Rubriques
Energies marines