Aller au contenu principal

Près d’un mois après avoir provoqué une pollution, l’Aeolus va reprendre les travaux de forage et l’installation des fondations des 62 éoliennes de Saint-Brieuc. Le navire de l'armement néerlandais Van Oord sera « prochainement de retour sur la zone du chantier en mer », a annoncé Ailes Marines, filiale d’Iberdrola, qui développe le projet.

Le jack-up avait quitté les travaux après une fuite d’huile hydraulique de 170 litres qui avait provoqué une nappe de près de 9 milles de long, dans la baie, le 14 juin. Après avoir détecté la fuite, inspecté le gabarit de forage avec un robot sous-marin télé-opéré et remonté le gabarit, le navire était retourné aux Pays-Bas, suspendant partiellement les travaux qui ne peuvent se dérouler que pendant une partie de l’année, quand la mer est calme.

Selon Ailes Marines, « des optimisations techniques et environnementales des outils et équipements du navire ont été réalisées par la société Van Oord ». Ensuite, « ces mesures ont été éprouvées par Van Oord lors de tests en mer effectués du 5 au 8 juillet dans le port de Rotterdam ». Le site de la baie de Saint-Brieuc est particulièrement complexe avec des sols très durs qui rendent difficiles les opérations de forage. Sans compter que le projet fait face à une forte défiance locale, notamment de la part de pêcheurs.

Ailes Marines indique par ailleurs avoir remis aux services de l’Etat « un dossier détaillant les analyses réalisées et les mesures adoptées depuis l’incident, afin de convenir de la date prochaine de retour du navire sur zone ».

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Aller plus loin

Rubriques
Energies marines