Aller au contenu principal

Après deux jours d’opérations, l’hydrolienne Arcouest, restée six mois au fond de la rade de Brest suite à une défaillance du système de levage de la barge la supportant, a été relevée mardi soir et conduite au port breton mercredi matin. Prototype du parc hydrolien pilote d’EDF Energies Nouvelles à Paimpol-Bréhat, Arcouest va, maintenant, faire l’objet d’une expertise complète. La turbine et son socle vont être séparés, afin que les deux parties soient auscultées. La turbine sera entièrement démontée, afin qu’ingénieurs et techniciens vérifient les éléments mécaniques, électriques et hydrauliques contenus à l’intérieur. « Nous allons mener un audit complet et procéder, s’il y a lieu, à des remplacements ou améliorations. Nous n’avons pas encore défini le calendrier. Tout dépendra des résultats de l’audit, qui durera plusieurs semaines, des éventuelles modifications à apporter et du remontage. Nous prendrons le temps qu’il faut pour faire correctement les choses, comme c’est le cas à chaque étape de ce programme, totalement innovant et expérimental », explique Vincent Denby Wilkes, délégué régional d’EDF en Bretagne.

 

 

69967 hydrolienne openhydro triskell
© MICHEL FLOCH

L'hydrolienne sur la barge (© MICHEL FLOCH)

 

La turbine de l'hydrolienne (© DCNS)

 

 

Même si extérieurement, l’hydrolienne n’a pas subi de dégât, seules quelques éraflures sur la peinture étant visibles, EDF souhaite un contrôle minutieux de tous les éléments et systèmes de la machine afin de s’assurer qu’elle n’a pas été touchée. A l’issue de l’audit, qui durera plusieurs semaines, les travaux seront engagés et l’hydrolienne remontée. Puis elle réalisera une série d’essais en rade de Brest. Ces tests ont, notamment, pour but de vérifier que la turbine se déclenche et s’arrête bien comme prévu, en fonction de la vitesse du courant. Pour cela, la machine est immergée entre deux eaux et tracée par un remorqueur afin de créer un courant artificiel, la vitesse du convoi étant adaptée en fonction de la courantologie souhaitée. C’est d’ailleurs au cours d’une campagne de tests que la barge OpenHydro Triskell a connu une avarie en septembre dernier, incident qui l’a obligée à déposer Arcouest au fond de la rade brestoise.  

 

 

Mise en place de la turbine sur la barge en 2011 (© DCNS)

 

 

Nouveaux moyens de levage sur la barge

 

 

Pour mémoire, Arcouest a été commandée par EDF EN à OpenHydro. La société irlandaise, spécialisée dans le développement, la fabrication et la pose d’hydroliennes, a conçu et réalisé la turbine. Elle a sous-traité la fabrication de son socle métallique et l’assemblage de l’hydrolienne à DCNS, qui a entretemps pris le contrôle d’OpenHydro. La société irlandaise est également propriétaire de la barge, construite par le chantier STX de Lorient. A l’issue de l’incident rencontré en septembre 2012, une expertise a été menée pour comprendre l’origine du problème et vérifier que la barge ne présentait pas de défaut de conception. « Il n’y a pas de défaut de conception. Il en est ressorti la nécessité de renforcer les moyens de dépose et de relevage, afin de disposer d’une marge de manœuvre plus importante. Concrètement, il fallait plus de puissance. Cela a impliqué le remplacement des générateurs électriques, des moteurs hydrauliques, des treuils et des câbles », précise Vincent Denby Wilkes. Les modifications ont été réalisées par OpenHydro, responsable du système de manutention, qu’il avait installé après la livraison de la barge par STX Lorient.  

 

 

67123 arcouest hydrolienne triskell
© EDF EN

Image de synthèse du futur parc de Paimpol-Bréhat (© EDF EN)

 

 

Ré-immersion en mer prévue en fin d’année

 

 

Présentant un diamètre de 16 mètres et un poids de 850 tonnes, Arcouest est donc le prototype d’un parc expérimental développé par EDF EN au large de Paimpol et de l’île de Bréhat. La machine, qui offre une puissance de 0.5 MW, a été immergée sur le site en octobre 2011 pour une première campagne d’essais, avant d’être relevée et ramenée à Brest en janvier 2012. Son fonctionnement a, ainsi, pu être testé pendant plusieurs mois, en conditions réelles, avec de nombreuses mesures, électriques et mécaniques. A l’issue, elle a fait l'objet d'une inspection complète, de calages techniques et d'évolutions liées au retour d'expérience. La seconde campagne en mer, qui devait débuter en septembre 2012 et a été retardée suite à l’avarie du système de levage de la barge, devrait finalement intervenir vers la fin de l’année. Par ailleurs, EDF EN devrait, autour de cette période, commander à OpenHydro trois autres hydroliennes, qui seront réalisées à partir des développements menés sur Arcouest. Le parc de Paimpol-Bréhat, qui doit être raccordé au réseau électrique terrestre en 2014 via un câble sous-marin long de 15 km, pourra, lorsqu’il sera complet, alimenter 2000 à 3000 foyers en électricité.

 

Aller plus loin

Rubriques
Energies marines
Dossiers
EMR : Hydrolien houlomoteur et autres énergies marines