Aller au contenu principal

Espéré cet été, le lancement de la fabrication, à Brest, du démonstrateur d’éolienne flottante Winflo n’interviendra finalement qu’entre fin 2013 et début 2014. DCNS et Nass&Wind, qui portent le projet, maintiennent néanmoins leur objectif de mettre la machine à l’eau l’an prochain.

Haute de 80 mètres jusqu’à la nacelle et dotée de deux pales de 30 mètres de long, fixées sur une turbine d’une puissance de 1 MW fournie par Vergnet, le prototype d’éolienne flottante réalisé à la pointe Bretagne présentera un poids de plus de 1000 tonnes.

A l’issue de l’assemblage, que DCNS doit mener sur le port de commerce de Brest, Winflo sera remorquée jusqu’au site d’essais SEM-REV, situé au large du Croisic, en Loire-Atlantique et dédié aux essais de nouvelles technologies dans le domaine des énergies marines renouvelables. L’éolienne flottante y restera 12 à 18 mois. Une campagne qui permettra, notamment, de valider le comportement de la structure dans diverses conditions météorologiques, avec par exemple des vents violents et une forte houle, ainsi que la performance de production d'électricité.

 

A la lumière du retour d’expérience de ces tests, le modèle sera techniquement affiné en vue de réaliser les premières éoliennes flottantes à taille réelle (avec une turbine de classe 5 MW). Ainsi, un parc pilote comprenant à priori quatre à six machines doit être installé à compter de 2016 au large de l’île de Groix. Cette ferme expérimentale permettra de tester ensemble plusieurs éoliennes et mesurer la production globale d’énergie. De là, si les résultats sont concluants, la production en série pourra démarrer après la vente du design Winflo à un premier opérateur. A ce titre, la création d'un nouveau site industriel dédié à la réalisation de ces éoliennes est à l'étude dans le port de Brest.

Aller plus loin

Rubriques
Energies marines
Dossiers
Naval Group EMR : éolien offshore posé et flottant