Aller au contenu principal

La course au gigantisme éolien se poursuit. Le turbinier chinois MingYang Smart Energy (MySE) a annoncé le 20 août qu’il travaillait à une éolienne offshore géante de 16 MW baptisée MySE 16.0-242, dont le design a été certifié par le DNV et le China General Certification Center. Haute de 264 mètres, le diamètre du rotor sera de 242 mètres pour des pales longues de 118 mètres, balayant une surface de 46.000 m2. Un premier démonstrateur produisant 80.000 MWh par an doit être fabriqué en 2022, puis viendra par l’installation d’un prototype début 2023, avant une commercialisation début 2024.

Ce devrait alors être l’éolienne la plus puissante au monde. A titre de comparaison, GE doit livrer 87 turbines Haliade-X de 14 MW pour la troisième phase du parc de Dogger Bank, au Royaume-Uni, à partir de 2025, tandis que le danois Vestas et l’espagnol Siemens Gamesa ont annoncé qu’ils commercialiseraient en 2024 des éoliennes de 15 MW.

Jusque là, MySE a lancé quatre modèles de 5.5, 6.45, 7.25, 8.3 et 11 MW. Par rapport à cette dernière, la nouvelle éolienne produira 45 % de plus. MingYang explique que toute l’électronique de puissance a été placée dans la nacelle, ainsi que le transformateur, pour simplifier le câblage et faciliter les opérations de maintenance. De plus, une conception étanche protège la nacelle tout en permettant un refroidissement par l’air naturel de cette éoliennes conçue pour résister aux typhons.

Le constructeur chinois indique qu’il veut accroître sa présence dans le monde, en ciblant des marchés aussi bien en Europe, qu’en Amérique ou dans la zone Asie-Pacifique. Après avoir installé un centre d’affaires et d’ingénierie à Hambourg, il dit chercher à développer des installations de fabrication à l’étranger.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Aller plus loin

Rubriques
Energies marines