Aller au contenu principal

Ce doit être le premier SOV sur-mesure à battre pavillon taïwanais, selon Ørsted. L’énergéticien danois a signé un contrat avec Ta San Shang Marine Co. Ltd, une joint-venture entre Ta Tong Marine Group (TTM, Taïwan) et Mitsui O.S.K. Lines (MOL, Japon) pour affréter un nouveau navire de soutien à l’éolien offshore pour le champ de Greater Changhua.

Le navire doit être livré début 2022. Chargé de l’opération et maintenance (O&M), il sera basé au port de Taichung où seront les installations d’Ørsted. Greater Changhua est situé entre 35 et 60 kilomètres de la côte.

Ce SOV devra s’adapter à l’environnement compliqué rencontré dans le détroit de Taïwan. Il pourra embarquer jusqu’à 60 techniciens en plus de l’équipage avec une autonomie d’un mois. À côté, les petits CTV (crew transport vessels) ne peuvent embarquer plus de 24 personnes et doivent revenir à terre tous les jours. Par ailleurs, le SOV sera équipé d’une passerelle de transbordement à compensation de mouvement, pour une économie de temps et plus de sécurité. Il aura évidemment un système de positionnement dynamique et une grue également à compensation de mouvements en 3D, afin d’atténuer les mouvements provoqués par le vent sur les colis. Enfin, Ørsted promet une conception « environnementale » : il sera « préparé pour des opérations sans combustibles fossiles », aura une « conception de coque optimisée » et « une configuration de batterie hybride » pour « réduire sa consommation de carburant et diminuer son empreinte carbone ».

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

Aller plus loin

Rubriques
Energies marines