Aller au contenu principal

Le ministre belge de la Justice et de la mer du Nord, Vincent Van Quickenborne, avait prévenu en mai dernier : « la Belgique ne s’incline pas devant le projet français ». Opposée notamment au positionnement du futur parc éolien de Dunkerque, la Belgique a donc décidé de porter plainte. Le ministre a annoncé, vendredi 25 juin, qu’il allait déposer au moins deux plaintes. L’une auprès de la Commission européenne, plaidant que la Belgique n’a pas été consultée au sujet de l’emplacement confrmément aux directives européennes. L’autre auprès du tribunal administratif de Lille, contre le développeur, Eoliennes en mer de Dunkerque.

Bruxelles argue que les éoliennes se trouvent dans son champ aérien, perturbant le trafic depuis sa base militaire de Coxyde, qu’elles perturberont les liaisons entre Ostende et le Royaume-Uni et pourraient affecter les bancs de sable qui sont une réserve naturelle protégée. Déplacer le parc 5 km plus au large permettrait de résoudre la majorité des objections de la Belgique, selon le ministre. Déjà, le parc avait été reculé de 9 à 11 km des côtes dans un souci d’intégration paysagère.

 

255493 Parc de Dunkerque
© EMD

Le futur champ sera situé face à La Panne, en Belgique. (© EMD)

 

Mais, le 10 mai, le consortium EDF Renouvelables France, Innogy SE et Blauracke GMBH (Enbridge), réuni au sein d’EMD (Eoliennes en mer de Dunkerque), a pourtant annoncé la poursuite du développement du projet au terme du débat public.

Le parc de Dunkerque doit être construit d’ici 2027 en bordure des eaux territoriales belges, à une dizaine de kilomètres de Dunkerque, sur une surface de 502 km2. Il comptera 46 turbines produisant environ 600 MW. La sous-station se situera dans une zone au sud-ouest du parc. Ce poste électrique en mer transformera l’électricité porduite de 66.000 à 225.000 volts. De là partira 20 à 25 km de raccordement électrique au réseau haute tension. Le poste électrique terrestre se trouvera sur le territoire du Grand port maritime de Dunkerque, à Mardyck. Le prix de référence du MWh doit être de 44 euros, le plus bas de tous les parcs français en projet, en raison notamment de la nature des fonds et de la proximité des bases logistiques.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Aller plus loin

Rubriques
Energies marines