Aller au contenu principal

TSM Windcat, la co-entreprise formée par TSM et Windcat Workboats a pris livraison de son deuxième navire de transport rapide de personnel (CTV – crew transfer vessel). Le TSM Windcat 52 est arrivé au port de Lézardrieux (Côtes-d'Armor) qui sert de base provisoire pour la construction du parc éolien de Saint-Brieuc, développé par Ailes Marines, filiale d’Iberdrola. Comme son aîné, le TSM Windcat 49, il est sous pavillon français.

 

275661 TSM WINDCAT 52
© TSM WINDCAT

Les TSM Windact 49 et 53, à Lézardrieux. (© TSM WINDCAT)

 

La coque a été construite en France, chez Delavergne (Vendée) et le navire achevé chez Neptune, aux Pays-Bas. Le CTV de type Windcat Mk 3.5 répondant aux normes HSC peut transporter 24 techniciens à une vitesse de 30 nœuds sur les parcs éoliens. Une troisième unité qui servira pour le parc éolien de Fécamp se trouve à Rotterdam, chez Neptune.

Le TSM Windcat 52 est donc prêt à opérer sur le parc éolien de Saint-Brieuc, pour le compte d'Ailes Marines, à compter de début mars 2022. Selon le planning d’Ailes Marines, il est prévu durant l’année d’installer les fondations de type jackets des éoliennes et la sous-station électrique. Dès l’installation des jackets, avant même la pose des mâts, pales et turbines, des techniciens vont notamment être en charge de l’entretien, du nettoyage, de la vérification des systèmes électriques pour la navigation, du contrôle de soudures et anodes sacrificielles, etc.

 

275662 TSM WINDCAT 52
© TSM WINDCAT

(© TSM WINDCAT)

 

L’armement français Thomas Services Maritimes a créé une structure avec la société néerlandaise Windcat Workboats, spécialiste des navires de services à l’éolien offshore. Les Windcat Mk 3.5 ont été spécialement conçus par Windcat Wirkboats pour l’éolien offshore. Ce sont des catamarans à coque et timonerie aluminium et cabine en fibre de carbone. Longs de 24 mètres pour une largeur de 7.3 mètres et un tirant d’eau maximal de 2 mètres, ils affichent une jauge de 61.78 GT. La vitesse de service est de 25 nœuds et ils peuvent atteindre 31 nœuds en pointe avec une propulsion basée sur deux moteurs diesels MAN de 750 kW chacun entrainant deux lignes d’arbre. Dotés d’une cabine comptant 26 sièges pour le transport de personnel, par exemple des techniciens de maintenance d’éoliennes, ils disposent à l’avant d’une surface de pont de 51 m² permettant de transporter du matériel (11 m² à l’arrière), pour une capacité d’emport de fret de 10 tonnes.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Aller plus loin

Rubriques
Energies marines
Dossiers
EMR : éolien offshore posé et flottant TSM - Thomas Services Maritimes