Aller au contenu principal

Le 5 mai dernier, la ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, a désigné le consortium regroupant GDF Suez, Neoen Marine et EDP Renewables- associés à Areva – pour préparer la mise en œuvre du projet de construction du parc éolien en mer « des deux îles », situé au large de l’Ile d’Yeu et de l’Ile de Noirmoutier. La production d’électricité de ce parc, d’une capacité de 496 MW, serait de l’ordre de 1,8 TWh/an, soit l’équivalent de 38% de la consommation électrique de la Vendée (4,7 TWh/an). Ce vaste projet dont les retombées énergétiques ou économiques sont importantes, doit prendre en compte le plus en amont possible tous les enjeux tant en matière d’environnement et d’activités que d’usages marins ou terrestres. Dans cet objectif, et afin d’échanger sur les conditions de la participation de tous les acteurs à l’élaboration de ce projet, le Vice-Amiral d’Escadre Emmanuel de Oliveira, préfet maritime de l’Atlantique et Jean-Benoît Albertini, préfet de la Vendée, ont installé officiellement le 12 novembre dernier, l’instance de Concertation et de Suivi, conformément au cahier des charges de l’appel d’offres. Cette Instance composée d’une centaine de membres est un lieu de dialogue et d’échanges entre les différentes parties prenantes : Etat et établissements publics, collectivités territoriales et leurs groupements, représentants des activités professionnelles et des entreprises, des salariés, des usagers de la mer et du littoral et associations de protection de l’environnement. Elle doit permettre de mieux prendre en compte les enjeux locaux tout au long de la vie du projet. 

Elle pourra faire des propositions, notamment sur : - les périmètres des études à réaliser par le lauréat, les spécifications des protocoles d’études et de suivi des impacts ; - l’évolution des impacts du parc sur les activités maritimes et l’environnement, et les mesures d’atténuations correspondantes ; - le suivi socio-économique ; - la conduite d’expérimentations et de projets de recherche. 

Quatre groupes de travail sont ainsi créés, qui se réuniront à intervalles réguliers : - « environnement » ; - « retombées socio-économiques » ; - « usages maritimes », avec un sous-groupe spécifiquement dédié à la pêche ; - « procédures » (coordination de l’instruction des requêtes publiques, autorisations et études d’impact). 

La concertation se poursuivra dans les prochaines semaines par la saisine de la Commission Nationale du Débat Public par le consortium lauréat de l’appel d’offre, « les Eoliennes en mer en Vendée », pour décider des modalités du débat public sur le projet de parc. 

 

Communiqué de la préfecture maritime de l'Atlantique et de la préfecture de Vendée, 25/11/14

Aller plus loin

Rubriques
Energies marines
Dossiers
EMR : éolien offshore posé et flottant