Aller au contenu principal

C’est parti. La Commission de régulation de l’énergie a mis en ligne vendredi 30 avril l’appel à candidatures pour le développement d'un parc éolien flottant au large du sud de la Bretagne, d'une puissance de 230 à 270 MW. Les candidats ont jusqu’au 1er juillet 2021 pour déposer leurs dossiers. Il s’agit de la cinquième procédure de mise en concurrence pour la création d’un parc éolien, en France, et de la première pour un parc éolien flottant commercial.

La procédure de mise en concurrence comporte trois phases : sélection des candidatures sur la base de leurs capacités techniques et financières, suivi d’un dialogue concurrentiel avec la candidats admis et enfin sélection des offres pour désigner un lauréat, en fonction du cahier des charges remis aux candidats après le dialogue concurrentiel. Pour cette première phase, les candidats peuvent poser des questions jusqu’au 17 mai à la CRE, qui y répondra au plus tard le 31 mai, pour recevoir les candidatures un mois plus tard. Le dialogue concurrentiel doit commencer en septembre pour six mois.

Pour le moment un périmètre de 1330 km2 a été défini. Le document de consultation présente ce périmètre indicatif à cheval sur la limite des 12 milles entre le domaine public maritime et la zone économique exclusive, à proximité des îles de Groix et Belle-Ile. Une zone de 100 à 200 km2 permettant l’implantation du parc éolien flottant doit être définie d’ici le 22 mai par décision du gouvernement, après analyse du bilan du débat public qui a eu lieu de juillet à décembre 2020. Elle sera encore réduite pendant la procédure de mise en concurrence après les résultats des études techniques et environnementales menées par l’Etat au second semestre 2021.

Parmi les points d’attention particulière pour les candidats figurent les impacts environnementaux, la cohabitation avec les usagers et à la visibilité depuis la côte.

La programmation pluriannuelle de l’énergie publiée il y a un an a fixé un objectif produit par des énergies marines de 2.4 GW de puissance installée d’ici 2023. Elle ambitionnait ensuite 5.2 GW à 6.2 GW d’ici 2028 et le lancement d’un projet de parc éolien flottant de 250 MW en Bretagne Sud.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Aller plus loin

Rubriques
Energies marines
Dossiers
EMR : éolien offshore posé et flottant