Aller au contenu principal

La cour administrative d'appel de Nantes a rejeté hier deux recours contre les projets de parcs éoliens offshore au large de Fécamp et de Courseulles. La juridiction a choisi de suivre l'avis du rapporteur général qui avait estimé que, contrairement à la teneur de l'argumentation des opposants, les futures machines seront implantées suffisamment loin de la côte.

Ces deux projets font partie du premier appel d'offres du gouvernement français et ont été attribués en 2012 au consortium piloté par EDF-EN et WPD Offshore. Ils seront équipés d'éoliennes Haliade de 6 MW : 75 pour le champ de Courseulles (pour une puissance totale de 450 MW) et 83 pour Fécamp (pour une puissance totale de 498 MW). Leur mise en service devraient intervenir à l'horizon 2020-2021.

Pour mémoire, la cour administrative d'appel de Nantes détient la compétence exclusive en matière de contentieux lié à l'éolien offshore. Ses arrêts peuvent ensuite être portés devant le Conseil d'Etat.

 

Aller plus loin

Rubriques
Energies marines
Dossiers
EMR : éolien offshore posé et flottant