Aller au contenu principal

Ailes Marines annonce le retour de l’AEOLUS sur zone à partir du 16 juillet 2021, suite à l’accord des autorités maritimes. Le navire jack up de la société Van Oord est chargé de la réalisation des forages et de l’installation des pieux des fondations du parc éolien en mer. Après une revue complète des outils et des équipements du navire réalisée par Van Oord aux Pays-Bas, l’ensemble des protocoles de contrôle et de suivi des travaux a été réévalué. Ailes Marines annonce également la signature d’une convention avec le CEDRE.

Retour du navire AEOLUS sur la zone des travaux

Le navire jack up AEOLUS a quitté le 14 juillet le port de Rotterdam aux Pays-Bas. Il sera de retour sur la zone d'installation du parc éolien en mer de Saint-Brieuc à partir du 16 juillet. L’AEOLUS reprendra les opérations de forage et d'installation des pieux des fondations jackets. Ces travaux étaient suspendus depuis le 14 juin suite à un incident survenu à l’occasion de la deuxième série de forages. Le système électronique de sécurité du gabarit servant de guide pour les forages avait détecté une fuite soudaine de fluide hydraulique biodégradable de type « PANOLIN HLP SYNTH », ayant un faible impact sur l'environnement. Les travaux avaient alors été immédiatement suspendus et Ailes Marines avait collaboré activement avec les autorités maritimes pour la gestion des opérations.

Une revue complète et approfondie des équipements techniques

Suite à cet incident, l’AEOLUS est rentré à son port d’attache aux Pays-Bas. Les équipes techniques de Van Oord ont procédé à un contrôle complet du navire et de ses outillages. Tous les outils, dont le gabarit, ont été minutieusement vérifiés. Ces examens ont permis d’effectuer des modifications afin d’améliorer sensiblement leurs performances.

Les mesures mises en oeuvre ont été éprouvées par Van Oord lors de deux tests début juillet, l’un à terre et l’autre en mer, dans le port de Rotterdam. Ces deux tests ont donné toute satisfaction.

Des mesures renforcées de contrôle et de suivis des travaux

En parallèle, Ailes Marines a décidé de réévaluer à la hausse tous les seuils d’alertes d’incidents environnementaux concernant les travaux de forage.

Les protocoles de contrôle et de suivi des travaux ont également été renforcés, notamment par la présence en permanence sur site du navire TSM Penzer, qui sera équipé de moyens de lutte anti-pollution supplémentaires (SOPEP équipement). Le déploiement de ces équipements a été testé lors d’exercices spécifiques aux Pays-Bas et à Cherbourg, notamment le 13 juillet en présence de représentants du Ceppol (Centre d'Expertises Pratiques de Lutte Antipollution, dépendant du ministère de la Défense). D’autres exercices auront lieu en baie de Saint-Brieuc dans les prochaines semaines.

Les améliorations techniques réalisées sur les outils, les renforcements des protocoles et les équipements complémentaires sont décrits dans un dossier remis par Ailes Marines aux services de l’Etat le 9 juillet dernier. Ils garantissent une reprise optimale des travaux de forage.

Signature d’une convention avec le CEDRE

Par ailleurs, Ailes Marines a signé une convention le 21 juin avec le CEDRE (Centre de documentation, de recherche et d’expérimentations sur les pollutions accidentelles des eaux).

Cette convention encadre les aspects de prévention de la lutte antipollution (renforcement des procédures, planification, exercices). Elle scelle également une collaboration étroite en cas d’intervention et prévoit la formation des personnels impliqués.

Le lubrifiant PANOLIN, spécialement adapté à l’environnement marin

Il est important de rappeler que les outils développés par Van Oord pour les opérations de forage utilisent des systèmes hydrauliques fonctionnant avec un fluide biodégradable spécialement conçu et développé pour des travaux en mer et produit par la société PANOLIN. Ce produit – objet de la fuite du 14 juin dernier - est classé dans la catégorie « des fluides facilement biodégradables » selon les critères internationaux de l’OCDE 301 B, avec un très faible impact sur l'environnement.

Communiqué d’Ailes Marines, 15/07/21

 

Aller plus loin

Rubriques
Energies marines