Aller au contenu principal

Réalisée à Saint-Nazaire par STX France, la sous-station électrique du champ éolien Arkona est désormais en place au large des côtes allemandes de la Baltique. Après la pose du jacket, c’est le topside qui a été installé sur cette fondation métallique, a annoncé hier l’énergéticien E.ON, l’un des porteurs du projet Arkona.

Les opérations en mer ont été menées par l’Oleg Strashnov, navire de la compagnie néerlandaise Seaway Heavy Lift, qui agit pour le compte de STX France.

 

186038 arkona
© E.ON

L'Oleg Strashnov posant le topside sur le jacket (© E.ON)

186197 p34 arkona
© E.ON

(© E.ON)

 

D’une puissance de 385 MW pour un poids de 4000 tonnes, le topside d’Arkona est long de 50 mètres pour une largeur de 35 mètres et une hauteur de 15 mètres. Son jacket mesure quant à lui 53 mètres de haut, pour une base de 20 mètres de côté et une masse de 1800 tonnes.

Ces deux structures avaient quitté Saint-Nazaire sur des barges, en deux convois distincts, les 18 et 21 mars.

 

184067 p34 jacket centaurus
© MER ET MARINE

Le jacket avant son départ de Saint-Nazaire (© MER ET MARINE)

 

Développé par l’énergéticien allemand E.ON, le groupe norvégien Statoil et l'opérateur allemand de réseaux électriques 50hertz, le champ Arkona est construit dans les eaux de la Baltique, au large de l’île de Rügen, au nord-est de Rostock. Ce parc, qui comprendra 60 éoliennes Siemens de 6 MW, doit permettre d’alimenter, à partir de 2019, 400.000 foyers en énergie renouvelable. Sa sous-station, connue chez STX France sous le nom de « P34 », est l’une des plus imposantes réalisées jusqu’ici, son topside étant même le plus gros livré en un seul module.

- Voir notre reportage sur la sous-station P34

 

Aller plus loin

Rubriques
Energies marines
Dossiers
Chantiers de l'Atlantique