Aller au contenu principal

Alors qu’un nouveau bâtiment est en cours de construction au Havre et que le site marseillais fait l'objet d’un chantier de modernisation, l’Ecole nationale supérieure maritime planche toujours sur le devenir de ses deux autres implantations, à Nantes et Saint-Malo. Pour ces deux derniers sites, l’ENSM doit faire face à la vétusté de ses locaux et à la nécessité de déménager. Avec, si possible, la volonté de se rapprocher des pôles de formation locaux. Concernant Nantes, l’une des options envisagées est un transfert de l’ENSM vers le site de l’Ecole centrale. Celle-ci dispose en effet d’une implantation suffisamment vaste et doit, dans les prochaines années, moderniser ses locaux, son implantation sur le campus ayant bientôt 40 ans. D’où l’idée d’en profiter pour intégrer l’ENSM et, ainsi, mutualiser un certain nombre de moyens.

Un projet qui fait sens

Un projet qui fait sens puisqu’il permettrait à l’Hydro de s’implanter au cœur de l’Université de Nantes, au sein d’une école d’ingénieurs réputée pour laquelle le secteur maritime est en plein développement. Ainsi, alors que les projets liés à la mer étaient anecdotiques il y a 10 ans, ils représentent désormais 25 à 30% des financements de l’ECN. Une carte intéressante pour l’ENSM, surtout dans la perspective d’une ouverture de l’Ecole vers les métiers para-maritimes et la recherche, qui fait partie du parcours LMD (licence-mastère-doctorat) dans laquelle elle s'inscrit désormais. En dehors de Centrale, il y a aussi, à deux pas de là, d’autres cursus maritimes au sein de l’Université, notamment dans les filières du droit et de l’économie. De plus, au delà des avantages pédagogiques, les élèves et enseignants de l’ENSM pourraient également bénéficier de tous les services et structures associés au campus : résidences étudiantes, restaurants universitaires, clubs sportifs…

Trouver l’argent

Un beau projet en perspective donc, qui  suscite apparemment de l’enthousiasme tant au sein de l’ENSM que de l’ECN, mais qui doit encore pour aboutir franchir un certain nombre d’obstacles. Au-delà d'un pré-requis évident, celui de l'entente des deux intéressés sur un projet commun, le problème majeur est, clairement, d’ordre financier. L’Hydro, ce n’est un secret pour personne, est confrontée depuis ses débuts à un budget particulièrement contraint. Or, un éventuel déménagement vers l’Ecole Centrale, même en tenant compte de la mutualisation de certains investissements et, ensuite, des gains sur les coûts d’exploitation, constituerait une facture importante. Car, si une partie des locaux, comme les salles de cours, peuvent être communs, l’ENSM dispose aussi d’équipements propres, à l’image de ses simulateurs, qu’il faudra réinstaller voire, au passage, moderniser.

La problématique des locaux actuels

C’est pourquoi, au-delà de l’Etat, l’aide des collectivités territoriales semble indispensable pour permettre à l’Ecole nantaise de déménager et de disposer, enfin, d’un environnement adapté à ses ambitions. Dans le même temps, le futur transfert implique qu’une solution soit trouvée quant aux actuels bâtiments où est installée l’ENSM. Cette implantation, située près du quai de la Fosse, à côte du siège du Grand Port Maritime de Nantes Saint-Nazaire, est partagée avec d’autres services étatiques, notamment les Affaires maritimes. Devant potentiellement couvrir une partie au moins des investissements dans le nouveau site, la vente des locaux, dont on ne sait plus très bien à quelle administration ils appartiennent aujourd’hui, impliquera sans doute une migration de tous les résidents actuels. Ce qui, en termes de calendrier, n’est pas gagné d’avance. Le dossier demeure donc toujours très complexe alors que, d’année en année, l’urgence d’un déménagement, à l’ECN ou ailleurs, se fait de plus en plus prégnante. 

Aller plus loin

Rubriques
Formation et Emploi
Dossiers
Ecole Nationale Supérieure Maritime (ENSM)