Aller au contenu principal

Le Grand Carénage, qui a débuté au port de Bayonne en septembre 2021, est une opération de maintenance extraordinaire donnée à voir au plus grand nombre. Des travaux de restauration doivent être menés sur certaines pièces de la coque de L’Hermione, attaquée par un développement de champignons. C’est un défi technique sur ce navire en bois hors norme par son tonnage et les techniques de construction utilisées. Les experts sont à son chevet ; la Frégate est réparable. C’est donc un appel à une mobilisation nationale et internationale que lance l’Association pour que la Frégate navigue à nouveau.  

L’Association Hermione – La Fayette dispose aujourd’hui d’une bonne vision de l’état de la coque de L’Hermione grâce aux investigations menaes pendant un an au port de Bayonne. La restauration des pièces de bois de la coque va représenter un volume de 40m3, soit environ 7 % du volume de la structure bois du navire. L’Hermione est réparable : les experts et entreprises spécialisées sont sereins et savent comment relever ce défi technique.

En étroite concertation avec l’entreprise rochelaise Yacht concept, retenue pour assurer la maîtrise d’œuvre, l’Association a confié les travaux de démontage et de restauration à deux entreprises du patrimoine vivant, deux entreprises d’excellence dans leur domaine : la société Asselin et le Chantier du Guip. Dans un très fort esprit de coopération, ils s’attèlent à répondre aux besoins techniques très particuliers de L’Hermione, « l’œuvre en bois la plus complexe de France », précise Yann Mauffret (Directeur du Chantier du Guip).

Dans ce même esprit d’équipage et d’humilité, l’Association a souhaité élargir la collaboration avec des experts maritimes, des experts bois, des historiens ainsi que des centres de recherches et d’innovation, afin de trouver et de mettre en œuvre les solutions pour restaurer durablement L’Hermione.

L’Association a pu, grâce au recours à l’emprunt, au soutien des collectivit&s locales (Département Charente Maritime et Région Nouvelle Aquitaine) et au soutien de l’Etat, lancer les investigations sur l’ensemble du navire et procéder aux premières réparations. A partir de janvier 2023, elle aura besoin de 15 à 18 mois et de 6,5M€ pour poursuivre les travaux et remettre la Frégate en eau, toujours sous les yeux du public. Un investissement destiné à mener l’ensemble des travaux de restauration de la coque du navire ainsi que toutes les opérations liées à la sécurité et la protection de la Frégate, au suivi et à l’évolution des travaux, à sa maintenance sur la durée du chantier et à la valorisation du chantier et des savoir-faire auprès du grand public.

L’Association espère donc le soutien de ses partenaires publiques et privés et appel à une mobilisation nationale et internationale pour sauver l’Hermione et lui permettre de poursuivre son rôle de navire Ambassadeur au service des grands enjeux sociaux et sociétaux de la France et du monde.

Communiqué du Cluster Maritime Français, 21/10/22

 

Aller plus loin

Rubriques
Histoire navale
Dossiers
L'Hermione