Aller au contenu principal

Ce seront finalement des navires affrétés. Brittany Ferries a annoncé en juillet le remplacement des Bretagne (ligne Saint-Malo-Portsmouth) et Normandie (Caen-Ouistreham-Portsmouth) par deux navires au GNL affrétés à Stena Roro pour 10 ans avec option d’achat à 4 ans. Il s'agira des quatrième et cinquième bateaux affrétés par BAI auprès du groupe suédois, avec le Galicia, entré en flotte depuis fin 2020, le Salamanca qui doit arriver en 2022 et le Santoña en 2023.

Les deux nouvelles unités, propulsées au gaz naturel liquéfié (GNL) avec un parc de batteries, seront, comme leurs trois prédécesseurs, de la série des E-Flexer commandés par Stena au chantier chinois CMI Jinling. Selon Stena, ils doivent être livrés en 2024 et 2025.

 

258731 BAI ferries GNL
© BRITTANY FERRIES

 

Exit donc les constructions en propre, comme cela était prévu avec le Honfleur auquel BAI a dû renoncer en 2020. Ces affrètements sont décrits par Britanny Ferries comme « un investissement responsable au cœur de la double crise Brexit et Covid ». On sait les finances de la compagnie bretonne très chahutées et les deux régions, Bretagne et Normandie, ont déjà dû mettre la main à la poche en l’absence d’un plan étatique spécifique. Avec la solution de l’affrètement, BAI doit débourser 220 millions d’euros contre 380 pour des navires neufs. « L’emprunt bancaire sera donc divisé par deux. Et le besoin d’endettement de la compagnie est par ailleurs repoussé de 4 ans. En termes de trésorerie, l’impact net du coût des loyers et de la baisse de l’endettement représente dans l’immédiat une économie de plus 50 millions d’euros à horizon 5 ans ».

Ces nouveaux navires, pour le moment baptisés Bretagne II et Normandie II, seront les troisième et quatrième de la flotte à être propulsés au GNL. Une nécessité pour répondre aux critères de réduction des émissions polluantes dans leur zone de travail. D’une longueur de 194,7 mètres, ils disposeront d’une capacité de 2377 mètres linéaires (Bretagne) et 2517 mètres pour le Normandie. En termes de passagers, ils pourront transporter 1400 personnes. Ils disposeront de la même motorisation, c’est-à-dire deux moteurs de 13.740 kW chacun, pour une vitesse commerciale de 23 noeuds. Le parc de batteries de 10 MWh pourra être utilisé en mode PTI/PTO et pourra autoriser une navigation à 17.5 nœuds en propulsion uniquement électrique. Les navires seront également équipés d’un système de courant quai de 8 MW.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Aller plus loin

Rubriques
Marine marchande
Dossiers
Brittany Ferries