Aller au contenu principal

Brittany Ferries s’est vu accorder une aide sous forme de subvention de 45M€ pour faire face aux difficultés rencontrées pendant la pandémie. Un article d'Hervé Deiss de Ports et Corridors

Le 22 octobre, le gouvernement a accordé une aide de 45M€ à Brittany Ferries. Cette bouée de secours intervient après l’accord, fin septembre, par la Commission européenne, d’autoriser l’État à soutenir la compagnie maritime. La Commission a autorisé un soutien à hauteur de 61M€ « pour couvrir le besoin de financement restant de l’entreprise », indique le communiqué du ministère de la Mer.

Un soutien conditionné à la participation des banques

Ces 61 M€ comprennent l’abandon de la créance de 10M€ à l’Ademe, une subvention de 6M€ à la région Bretagne et les 45 M€ débloqués par le gouvernement. « Le soutien de l’État est conditionné à une participation des banques pour combler le reste du besoin de financement et notamment le financement des options d’achat des navires de Brittany Ferries », précise les services de la ministre de la Mer, Annick Girardin.

Après la résilience, la compétitivité

Dès l’annonce officielle de cette « bouffée d’air financière », le président du conseil de surveillance de Brittany Ferries, Jean-Marc Roué, a réagi. Il a rappelé qu’après le temps de la résilience est venu celui de la compétitivité. La résilience a permis à l’armement roscovite de maintenir la tête hors de l’eau. L’arrêt des liaisons passagers pendant les différents confinements a lourdement impacté les comptes de la société. En 2020, Brittany Ferries a déjà pu contracter un prêt garanti par l’État de 117 M€. Le soutien des régions Bretagne et Normandie et de leurs départements ont permis de faire front aux conséquences de la pandémie et du Brexit.

Retrouver des capitaux propres

Le cumul des deux phénomènes, Brexit et pandémie, a aggravé le bilan financier. Brittany Ferries ne pouvait plus recourir à la dette Covid pour créer les conditions de sa relance. L’armement « n’avait d’autre recours que d’obtenir de l’État le remboursement du préjudice subi par la fermeture obligée de ses lignes ferries passagers », indique un texte de l’armement. Pour le président du conseil de surveillance, le soutien des plus hautes personnalités de l’État, au premier rang desquels Emmanuel Macron, président de la République, mais aussi Jean-Yves Le Drian et Annick Girardin, a permis de donner de l’air à la compagnie. « Notre Compagnie retrouve grâce à eux les capitaux propres nécessaires à son rétablissement. Après le temps de la résilience vient celui de la compétitivité ! », a souligné Jean-Marc Roué.

En septembre, le groupe CMA CGM a décidé d’apporter son soutien à la compagnie maritime bretonne en entrant au capital.

© Un article de la rédaction de Ports et Corridors. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

Aller plus loin

Rubriques
Marine marchande
Dossiers
Brittany Ferries