Aller au contenu principal

Les campagnes de drones renifleurs de soufre dans les émissions de navire se poursuivent dans l'Union européenne. Après le Danemark puis la France, c'est désormais la Lituanie qui a demandé à l'Agence Européenne de Sécurité Maritime la mise à disposition d'un drone pour une campagne de trois mois devant le port et le mouillage de Klaipeda. Ce sont à la fois les autorités environnementales, mais également maritimes ou encore militaires qui vont partager les résultats de cette campagne d'observation qui a débuté le 23 mars. C'est à nouveau le drone Camcopter S-100 de la société autrichienne Schiebel, mis en oeuvre par Nordic Unmanned qui est déployé.

La méthodologie de recueil des échantillons de pollution a été éprouvée. Le drone intervient à l’arrière du navire, plutôt face au vent, prélève dans la fumée d’échappement à une distance établie de la cheminée, puis s’éloigne immédiatement. Le système peut alors, grâce à la teneur de dioxyde de soufre et de dioxyde de carbone recueillie, calculer la teneur en soufre du combustible utilisé. Deux échantillons sont prélevés et l’AESM annonce des précisions de 0.03 à 0.1% sur les mesures. Les résultats sont immédiatement intégrés à la base européenne d'informations partagées Thetis-EU.

- Voir le retour d'expérience de la campagne française de drone renifleur

- Voir notre article sur les drone renifleurs de l'AESM

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Aller plus loin

Rubriques
Marine marchande