Aller au contenu principal

L’Aknoul, navire roulier du groupe CMA CGM, a quitté Marseille hier après-midi pour mettre le cap sur Beyrouth, où il est attendu ce dimanche. A son bord, 2500 tonnes de fret humanitaire à destination de la capitale libanaise, dévastée par la double explosion du 4 août. Pilotée par la fondation CMA CGM, cette opération permet de réunir à bord du navire 70 dons d’entreprises, de particuliers, d’ONG et d’institutions françaises. L’Aknoul, dans ses garages ou en pontée dans des conteneurs, transporte ainsi du fret médical et sanitaire (médicaments et vaccins, masques, gants, gel hydro-alcoolique, produits d’hygiène, respirateurs, lits médicalisés, tests Covid et écouvillons), du matériel roulant (engins de manutention et véhicules utilitaires, ambulances, bus, chariots élévateurs), des matériaux de construction et des habitats temporaires (tentes et abris, ciment, verre, acier, bois, portes et faux-plafonds, groupes électrogènes) ainsi que de l’aide alimentaire (eau potable, lait en poudre et produits de nutrition infantile, féculents). « Dès le lendemain de la tragique explosion qui a frappé Beyrouth, CMA CGM s’est mobilisé et a organisé le transfert d’une équipe de secouristes et de matériel médical d’urgence. Rodolphe Saadé, président directeur général du groupe CMA CGM, a pu constater l’ampleur des dégâts lors de son voyage sur place aux côtés du Président de la République française le 6 août. Le groupe CMA CGM, à travers sa Fondation, a décidé d’initier une opération de solidarité en mettant à disposition à titre gracieux un navire pour acheminer des biens et produits d’urgence. La Fondation CMA CGM et l’ensemble des équipes du groupe se sont mobilisées pour fédérer donateurs et ONG, et assurer la réception dans les entrepôts, la mise en conteneurs et le chargement sur le CMA CGM Aknoul de l’aide humanitaire », explique l’entreprise française, qui s’est naturellement mobilisée suite à la catastrophe du 4 août. L’armateur a en effet une histoire personnelle avec le pays du Cèdre puisque son fondateur, Jacques Saadé, décédé en juin 2018, était natif du Liban, qu’il avait quitté pendant la guerre civile pour s’installer à Marseille, d’où il avait lancé en 1978 une première ligne maritime reliant la cité phocéenne, Livourne, Lattaquié et Beyrouth.

L’aide humanitaire acheminée par l’Aknoul sera confiée à des ONG libanaises reconnues, explique le groupe : « L’opération portée par la Fondation CMA CGM est coordonnée avec le centre de crise et de soutien du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères français. Une cellule opérationnelle mixte a été mise en place à Marseille et à Beyrouth pour étudier les demandes, identifier les ONG et structures réceptionnaires, et organiser le transport dans les meilleurs délais. Chaque don est expertisé, en lien avec l'Ambassade de France au Liban, qui certifie le besoin et l'ONG bénéficiaire à Beyrouth. La structure réceptionnaire de chaque don est ainsi clairement identifiée. Il s’agit d’ONG et de partenaires reconnus pour leurs actions sur le territoire libanais ».

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Aller plus loin

Rubriques
Marine marchande
Dossiers
CMA CGM