Aller au contenu principal

L’armateur français ne transportera plus, d’ici l’été, de déchets plastiques à bord de ses porte-conteneurs. C’est ce qu’a annoncé Rodolphe Saadé, président de CMA CGM, à l’occasion d’une intervention au One Ocean Summit vendredi 11 février à Brest. Une décision symbolique pour un trafic qui l’est tout autant pour le numéro 3 mondial du transport maritime conteneurisé. Le transport de déchets plastiques ne représente en effet pour CMA CGM que 50.000 conteneurs par an. Une goutte d’eau sur un volume global de 21 millions de boites transportées par ses navires. Cela représentait quand même 500.000 tonnes de déchets plastiques annuellement, dont la majorité part des Etats-Unis, du Royaume-Uni et des Pays-Bas pour atterrir en Asie, notamment en Indonésie et au Vietnam. La décision du groupe français ne va évidemment pas mettre un terme à l’exportation des poubelles des pays riches vers les pays en voie de développement, où les processus de tri, de recyclage et de valorisation ne sont souvent pas garantis, voire n’existent pas. Nul doute que ces 50.000 boites seront transportées par d’autres. A ce jeu-là, on peut d'ailleurs se demander s'il n'aurait pas été plus efficace de continuer à transporter ces déchets pour peu qu’une traçabilité garantisse leur bon retraitement.

Pour avoir un éventuel impact, il faudrait que cette décision fasse école chez d’autres armateurs, à commencer par ceux qui sont plus impliqués que CMA CGM dans ce marché de l’export de déchets. Sachant qu’évidemment, la problématique de la pollution plastique, dramatique pour les océans, consiste d’abord à limiter drastiquement la consommation de cette matière. Celle qui est produite en Asie et au Moyen-Orient puis exportée par conteneurs dans le monde entier…

A l’occasion du One Planet Summit, CMA CGM s’est par ailleurs engagé à rejoindre le label Green Marine Europe, programme volontaire de certification environnementale, et a surtout annoncé son implication dans le nouvel institut français créé sous l’égide du Cluster Maritime Français pour atteindre l’objectif de navires et ports « 0 émission ».

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Aller plus loin

Rubriques
Marine marchande
Dossiers
CMA CGM