Aller au contenu principal

Le groupe chinois COSCO est touché de plein fouet par la crise mondiale. Avec plus de 300 millions de pertes au premier semestre et des impayés d'affrètement qui s'accumulent, l'armateur a été contraint de mettre en place un plan de sortie de crise. Et pour réaliser " de plus grandes économies d'échelle et des synergies ", selon son porte-parole, le groupe a annoncé la fusion de ses trois entités d'armements vraquiers, Cosco Bulk, Cosco Hong-Kong Shipping et Qingdao Holdings Company. La compagnie chinoise, dont l'Etat est l'actionnaire principal, souffre, comme tout le secteur, de l'effondrement des taux de vrac sec, notamment en raison de son engagement sur des chartes-parties à long terme, signées alors que le marché était en pleine croissance. Les taux d'affrètement s'étant écroulés, la compagnie se retrouve à payer des taux de fret très largement supérieurs à ceux du marché. Durant l'été, COSCO est même allé jusqu'à cesser de payer certains de ses affrètements, ce qui lui a valu la saisie d'une vingtaine de navires dans le monde entier. La nouvelle stratégie est donc désormais basée sur la concentration de la flotte au sein d'une seule entité pour peser plus lourd dans les négociations commerciales.

Aller plus loin

Rubriques
Marine marchande