Aller au contenu principal

Le plan s’appelle Fit For 55 et il a été présenté mercredi par la Commission européenne. C’est le tout nouvel encadrement juridique en matière de décarbonation de l’ensemble des transports et industries sur le territoire européen. Il s’agit, pour Bruxelles, de mettre en place le cadre règlementaire nécessaire pour atteindre l’objectif de réduction de gaz à effet de serre de 90% d’ici 2050, tel que prévu par le Green Deal européen. Il prévoit notamment un arrêt total des ventes de véhicules fonctionnant au diesel et à l’essence à partir de 2035.

L’ensemble du paquet règlementaire est constitué de 13 textes, prévoyant notamment une taxe sur les importations polluantes, la sortie des énergies fossiles et l’augmentation des combustibles alternatifs, une expansion du système de quotas d’émissions (ETS) actuel, une augmentation du prix du carbone et le doublement de la part des énergies renouvelables pour la décennie à venir. Cette initiative, qui est sans doute une des plus spectaculaires de l’histoire européenne, vise à ce que l’Europe soit un continent neutre en carbone en 2050, en promouvant à la fois la décarbonation et l’essor de l’économie circulaire. « Nous mettons un prix sur le carbone pour que les gens soient incités à moins en utiliser et nous instituons des primes sur la décarbonation pour stimuler l’innovation et l’adaptation », résume Frans Timmermans, vice-président de la Commission en charge du Green Deal.

En ce qui concerne le transport maritime, un changement notable, et néanmoins attendu, est son intégration au système d’échange des quotas (ETS). « Nous avons besoin de réviser notre système ETS parce qu’il nous faut prendre en considération que les rejets carbonés quotidiens d’un paquebot sont équivalents à ceux de 80.000 véhicules », a affirmé Ursula Von der Leyen, présidente de la Commission

Par ailleurs, la taxe carbone pourrait également s’appliquer à près de 70% des voyages maritimes dans l’espace économique européen. Et les navires devront utiliser 80% de soutes décarbonées d’ici 2050.

Les textes mettant en place ces réformes seront examinés séparément et feront sans doute l’objet d’un intense lobbying. On peut donc prévoir une entrée en vigueur sans doute d’ici deux ans.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

 

Aller plus loin

Rubriques
Marine marchande
Dossiers
Divers marine marchande