Aller au contenu principal

Ils n’étaient pas présents à l’audience à Marseille. Deux marins russes (le commandant et le chef de quart) ont été condamnés par le tribunal maritime à six mois de prison avec sursis, des amendes de 3000 et 1500 euros, et l’interdiction de naviguer pendant trois ans dans les eaux françaises, après l'échouement du Rhodanus.

Le cargo de 90 mètres transportant 2600 tonnes de bobines d’acier, construit en 1998 et immatriculé à Antigua-et-Barbuda s’était échoué à Cala Longa, à l’entrée des bouches de Bonifacio, le 13 décembre à 3 heures du matin. Le navire géré par la société néerlandais Q Shipping n’avait pas embouqué le détroit et était arrivé à pleine vitesse à terre, malgré les appels répétés des stations côtières italienne et française pendant 50 minutes. Le Rhodanus s’était échoué dans une zone maritime particulièrement vulnérable, mais n’avait heureusement pas provoqué de pollution. Le navire avait été allégé, le carburant (38 tonnes gasoil) pompé, avant de le déséchouer avec l’aide du BSAA Jason le 18 octobre.

L’enquête a permis de déterminer que ni l’alarme radar, ni le dispositif « homme mort » n’étaient activés. Le chef de quart âgé de 44 ans et semble-t-il inexpérimenté avait congédié l’autre marin de quart. Aux enquêteurs, il a indiqué : « Je me suis posé sur le canapé, j’ai fait un café et je me suis endormi net. Le bruit du choc m’a réveillé ». Le commandant de 61 ans était couché, il devait être réveillé par le chef de quart au passage des Bouches de Bonifacio et n’avait pas mis de réveil. Par la suite, il devait être réveillé par le chef de quart au passage des Bouches de Bonifacio et n’avait pas mis de réveil. Par la suite, il a refusé pendant plusieurs heures l’intervention des secours, tentant de déséchouer seul son navire.

Aller plus loin

Rubriques
Marine marchande