Aller au contenu principal

Dans l'archipel des Tonga, Etat situé dans le Pacifique sud, les communications sont difficiles depuis la violente éruption du volcan Hunga Tonga-Hunga, le 14 janvier. En plus d’avoir dégagé un champignon de fumée de 30 km de haut et provoqué un tsunami d’au moins 1.2 mètre ayant tué deux personnes au Pérou, l’éruption survenue à environ 65 kilomètres de la capitale des Tonga, Nuku’alofa, aurait sectionné à 37 kilomètres au large, un câble sous-marin de 837 km de long appartenant à Tonga Cable Limited qui relie l’archipel à Fidji. Il se connecte ainsi au Southern Cross Cable qui relie l’Australie et la Nouvelle Zélande, à Hawaï et la côte ouest américaine.

Les communications sont d’autant plus difficiles que cet archipel isolé comptant un peu plus de 100.000 habitants ne peut être gagné par avion en raison du nuage de cendres. Ce dernier perturbe même les connections satellites affirme la presse néo-zélandaise. Or, le câblier le plus proche de la société américaine SubCom en charge de la maintenance de 19 câbles dans le Pacifique sud, le Reliance, un navire de 139 mètres de long, se trouve à Port Moresby, en Papouasie-Nouvelle Guinée, à 4000 km de là. Il faudra donc des semaines avant de le réparer, d’autant que le lieu où le câble aurait été coupé se trouve proche de celui de l’éruption alors que le volcan est toujours actif.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Aller plus loin

Rubriques
Marine marchande