Aller au contenu principal

Plus de deux semaines après avoir chaviré, le roulier sud-coréen Golden Ray est toujours couché devant le port de Brunswick, en Géorgie (Etats-Unis), dans le chenal de St Simons, où il constitue un danger à la navigation. Les autorités pensent que le navire de près de 200 mètres construit en 2017 et appartenant au groupe Hyundai pourrait y rester des mois.

Le « Commandement unifié », auquel participent notamment les gardes-côtes et qui gère les conséquences de l’accident, cherche à extraire les hydrocarbures à bord. Selon le site d’information Maritime Executive, mercredi, des équipes siphonnent le mélange d’eau et d’hydrocarbures qui se trouve dans la salle des machines. À cette date, 18 000 litres avaient été retirés.

Par ailleurs, « les équipes d’inspection environnementales scannent continuellement la bande côtière par les airs, par bateau et à pied, surveillant la présence de pétrole », a indiqué le Commandement unifié. 1600 mètres de barrages ont été déployés dans les environs de Bird Island et trois fois plus sont prêts à l’usage si besoin. Mais des hydrocarbures ont touché le littoral à plusieurs endroits. Des médias locaux se font l’écho des inquiétudes des pêcheurs et de l’industrie du tourisme.

L’accident est survenu le 8 septembre, alors que le roulier venait de charger des véhicules et se rendait à Baltimore. 23 membres d’équipage et un pilote se trouvaient à bord. Tous ont pu être secourus, mais quatre Coréens se sont trouvés prisonniers du bateau pendant 36 heures. Un trou a dû être percé dans la coque pour les extraire.

Le port de Brunswick avait dû rester fermé pendant quatre jours après l’accident.

Aller plus loin

Rubriques
Marine marchande