Aller au contenu principal

Les danois Evergas et Ultragas se sont associés pour créer Dan-Unity CO2, une coentreprise pour transporter par voie maritime du dioxyde de carbone capturé. La nouvelle compagnie maritime doit se doter de navires qui ne pourront être dédiés qu’à cette tâche dès qu’elle aura obtenu suffisamment de contrats à long terme. Un délai de 27 à 28 mois est nécessaire pour construire un navire qui fonctionnera avec une « énergie verte », indique la coentreprise.

Déjà, Dan-Unity CO2 a prévu de collaborer avec l’islandais CarbFix pour proposer à partir de 2025 une offre de stockage (CSC) du dioxyde de carbone. Cette entreprise injecte et stocke du CO2 dans le sol volcanique islandais pour le séquestrer. De l’eau gazeuse contenant du dioxyde de carbone est injectée dans une couche basaltique pour la faire réagir avec du calcium et du magnésium. En deux ans, il est ainsi transformé en roche (calcite). Les navires doivent amener le gaz exporté par des industries en mesure de la capter. Il est comprimé pour être transporté sous forme liquide jusqu’au au terminal de Coda, à Straumsvík, qui dispose d’un port industriel et où la roche est perméable. Là, il doit être stocké temporairement dans des réservoirs terrestres pour être ensuite pompé et mélangé à de l’eau afin d’être injecté dans le sol. CarbFix estime que les émissions de transport et de stockage du CO2 représentent 3 à 6% du gaz à minéraliser. Un seul navire pourrait transporter 450.000 tonnes de CO2 par an. CarbFix envisage d’en employer trois entre 2027 et 2030, puis six entre 2030 et 2034.

De son côté, Dan-Unity espère utiliser ses futurs navires pour des projets de captage et utilisation de carbone (CCU) dans le but de le recycler sous forme de plastiques, carburants (comme le méthanol), ou autres. Le CO2 pourrait aussi être injecté dans les champs d’hydrocarbures épuisés.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

 

Aller plus loin

Rubriques
Marine marchande