Aller au contenu principal

Ils ont été pendant des années les bêtes noires des baleiniers japonais, de l'industrie pétrolière et gazière, de ceux qui se livrent à la pêche illicite, au transport illégal de bois... Deux célèbres navires dédiés à la défense de l’environnement ont pris leur retraite après de nombreux faits d'armes et coups d'éclats. Il s’agit de l’Esperanza de Greenpeace et du Bob Barker de Sea Shepherd.

L’Esperanza

Tout d’abord l’Esperanza, de Greenpeace, qui a rejoint en début d’année le port espagnol de Gijón, où sa déconstruction est en train de s’achever. Ancien navire soviétique de lutte contre les incendies, construit aux chantiers polonais de Gdansk en 1984, ce bateau de 72 mètres avait été acquis en 2000 par Greenpeace. Rénové et nommé Esperanza (Espoir en Espagnol), avec Amsterdam pour port d’attache, il débute en 2002 son activité au profit de l’organisation écologiste. Il est notamment engagé en Europe et aux Etats-Unis contre les importations illégales de bois qui ravagent les forêts, puis en 2005 dans l’océan austral contre les baleiniers japonais, campagne marquée par un abordage avec l’un d’eux. L’année suivante, l’Esperanza débute une campagne de 18 mois autour du monde pour dénoncer la pêche pirate, avant de lancer en 2008 la première action de Greenpeace Indonésie qui dénonce la destruction des forêts de l’archipel pour la production d’huile de palme et de pâte à papier. En 2010, l’Esperanza est lancé à la poursuite du cargo Kapitan Kuroptev chargé de déchets nucléaires partis de France pour rejoindre la Russie. L’année suivante, il part pour le Grand Nord afin de dénoncer l’exploitation de l’Arctique et tente notamment de

Aller plus loin

Rubriques
Marine marchande Science et Environnement
Dossiers
Greenpeace