Aller au contenu principal

Les corps de quatre pirates présumés ont été remis aux autorités nigérianes le 21 janvier par la frégate Esbern Snare, ont annoncé les forces de défense du Danemark. Ils avaient été tués le 24 novembre par la marine danoise.

Depuis, les corps avaient été conservés à bord de la frégate. Finalement, les dépouilles ont été transmises en pleine mer dans les eaux nigérianes où la frégate a été autorisée à pénétrer. Les corps ont été placés dans deux canots pneumatiques pour les transférer vers un navire nigérian où des documents ont été signés. L’Esbern Snare a ensuite quitté les eaux nigérianes pour reprendre ses patrouilles dans le golfe de Guinée.

Quatre hommes avaient été tués et un cinquième a disparu lors d’un échange de tirs alors que l’hélicoptère de la frégate avait repéré une embarcation suspecte. C’était la première fois qu’une force internationale luttant contre la piraterie dans la région tuait des pirates présumés. Blessé, un autre homme avait dû être amputé d’une jambe. Transporté jusqu’à un hôpital ghanéen pour y être soigné, il a ensuite dû être emmené jusqu’au Danemark pour y suivre les soins appropriés. Une enquête à son encontre a été ouverte. Il nie toute culpabilité et affirme que la marine danoise a ouvert le feu sans sommation.

Trois autres hommes faits prisonniers par l’Esbern Snare ont, pour leur part, été relachés début janvier. Il ont été placés à bord d’un canot pneumatique équipé d’un moteur hors-bord avec suffisamment de nourriture et de carburant pour regagner le rivage seuls, tandis que les poursuites pour tentative d’homicide contre eux ont été abandonnées. Une procédure correspondant « aux règles internationales en vigueur », selon le ministère de la Justice danois. Il semble qu’il a été un temps envisagé de juger les pirates au Togo ou au Ghana, sans succès. Le Danemark a alors voulu éviter des complications juridiques, redoutant de ne pouvoir expulser les pirates une fois jugés et d’en inciter d’autres à suivre leur exemple.

La frégate Esbern Snare de classe Absalon avait quitté Frederikshavn, le 24 octobre dernier, pour gagner le golfe de Guinée. Le ministère danois de la Défense avait expliqué qu'elle allait participer à la lutte contre la piraterie lors d’un déploiement de six mois dans le cadre d’une opération danoise, alors que les attaques avaient repris après une période d’accalmie saisonnière. Le bâtiment devait jouer un rôle dissuasif mais aussi intervenir si nécessaire. 

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Aller plus loin

Rubriques
Marine marchande
Dossiers
Piraterie et brigandage maritime