Aller au contenu principal

Depuis plusieurs mois, les eaux du golfe de Guinée sont étrangement calmes. Les alertes de la cellule franco-britannique MDAT-GoG (Maritime Domain Awareness for Trade – Gulf of Guinea) se font plus rares et les rapports d’incidents diffusés par les sociétés spécialisées en sécurité maritime ont pratiquement disparu. Déjà, en janvier, le rapport annuel du Mica Center de Brest (qui abrite le MDAT-GoG) pointait le nombre « exceptionnellement bas » d’événements survenus dans la zone en 2021, avec 52 événements (dont 19 attaques) concernant le golfe de Guinée, contre 115 en 2020. Le nombre d’enlèvements a lui été diminué par deux, passant de 142 en 2020, à 71, en 2021.

La saison sèche se termine au large du Nigeria, épicentre de la piraterie. Cette période de novembre à mars est habituellement propice aux attaques en haute mer, mais la tendance ne s’est pas inversée. Au

Aller plus loin

Rubriques
Marine marchande
Dossiers
Piraterie et brigandage maritime