Aller au contenu principal

La tension ne faiblit pas dans le golfe de Guinée. Dimanche soir, le navire subsea Bourbon Evolution 802, du groupe français éponyme, a été attaqué alors qu'il se trouvait à 200 milles au sud du Bénin. Il a immédiatement alerté le Centre Régional Opérationnel de Surveillance et de Sauvetage Gris-Nez, qui a relayé l'information au MICA Center, centre d’expertise français dédié à la sûreté maritime basé à Brest au sein de la préfecture maritime. Ce dernier a alerté les centres opérationnels au Bénin, au Togo et au Nigéria ainsi que tous les navires sur zone. Les 19 marins « qui sont très entraînés et ont eu d'excellents réflexes  », selon Bourbon interrogé par Mer et Marine, se sont réfugiés dans la citadelle. L'arrivée de deux patrouilleurs nigérians quelques heures plus tard a mis en fuite les assaillants et le Bourbon Evolution 802 a remis le cap vers le port nigérian de Onne pour y réparer les légers dégâts matériels essuyés.

Dans la même zone, jeudi dernier, 15 marins du chimiquier Davide B, de l'armement néerlandais De Poli, ont été kidnappés. Six autres, sains et saufs, ont été laissés à bord et rejoints depuis par des forces de sécurité. Le chimiquier effectuait un voyage entre Riga et Lagos. Il s'agit du 16ème incident du genre dans le golfe de Guinée depuis le début de l'année. Plusieurs associations d'armateurs et des nations maritimes (dont notamment Armateurs de France, le Danemark ou encore l'Organisation Maritime Internationale) ont appelé à davantage de mesures de sécurité voire une présence militaire accrue dans la zone.

- Voir notre analyse sur la piraterie dans le sud du golfe de Guinée

- Voir notre reportage au MICA Center

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Aller plus loin

Rubriques
Marine marchande
Dossiers
Bourbon Offshore