Aller au contenu principal

L'attractivité du métier d'officier de marine marchande est en recul et ce au niveau mondial. S'il n'est pas encore précisément quantifié, l'effet Covid, durant lequel les marins ont été très largement oubliés par les autorités, va sans doute encore renforcer ce mouvement et ce alors même que la flotte mondiale est continuellement en expansion. Le cabinet spécialisé britannique Drewry estime que ce phénomène ne va aller qu'en s'aggravant dans les prochaines années.

Le consultant estime ainsi que la pénurie actuelle se situe aux alentours de 3%, un niveau qu'il croit encore gérable par les recruteurs et capitaines d'armement. Et partiellement atténué par le désarmement de nombreuses unités, notamment dans la croisière. 

Mais une fois la situation pandémique rétablie, la pénurie devrait s'aggraver. Outre l'évaporation naturelle, la lassitude liée aux conditions actuelles et le manque de perspectives accélerent en effet les reconversions des officiers à terre ainsi que les départs anticipés à la retraite.

Ainsi, en 2026, la pénurie pourrait atteindre 5%, un niveau auparavant atteint en 2013, juste avant l'effondrement du marché pétrolier.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Aller plus loin

Rubriques
Marine marchande