Aller au contenu principal

Le premier n’a pas encore été livré que l’armateur japonais KLine a commandé un deuxième kite à Airseas. La start-up française issue de l’incubateur d’Airbus et financée par l'Ademe (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie) a annoncé qu’elle équipera un deuxième vraquier capesize de 210.000 tonnes de port en lourd.

Il y a deux ans, KLine avait déjà passé commande d’un kite de 1000 m2 pour équiper un vraquier, avec une option pour 50 autres ailes. Cette première aile doit être livrée mi-2022. KLine estime que les vraquiers et tankers sont les meilleurs cibles, en raison de la facilité d’installation et du potentiel d’économies de carburant, même si le kite peut aussi s’installer sur des porte-conteneurs ou rouliers. L’un des avantages du système Seawing étant que le kite est déployé depuis l’avant du navire et ne prend pas beaucoup de place sur le pont. Ainsi, il peut facilement s’adapter à des navires existants sans nécessiter une construction neuve ou un retrofit compliqué et coûteux. Selon Airseas, le système peut être installé en seulement deux jours.

Airseas vient tout juste de déménager de Toulouse pour s’installer à Nantes. Dans ses nouveaux locaux situés dans le quartier du Bas-Chantenay, en bord de Loire. La start-up dispose d’un hall de production avec un pont à 7 mètres de haut, sous crochet, pour assembler les premières unités, avant l’ouverture d’une usine envisagée pour 2023, en France. Elle a en revanche dû renoncer début septembre à sa base d'essais dans le marais de Machecoul, toujours en Loire Atlantique, suite à une forte opposition locale. 

L’entreprise doit équiper le roulier Ville de Bordeaux, de Louis Dreyfus Armateurs, assurant la logistique d’Airbus, d’ici la fin de l’année avec une aile de 500 m2. « Le produit commercial sort actuellement d’usine », selon Airseas, qui a réalisé des essais en mer à échelle ½ au printemps dernier en Méditerranée. Le système automatisé devrait permettre au navire livrant des composants Airbus entre Saint-Nazaire et Mobile (Alabama) de réaliser des économies de 20% de carburant.

Airseas ambitionne de sortir 1000 unités sous 10 ans et d’équiper 15% de la flotte mondiale d’ici 2030.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Aller plus loin

Rubriques
Marine marchande