Aller au contenu principal

Le navire de sauvetage Aquarius, affrété par SOS Méditerranée pour venir en aide aux migrants naufragés, va perdre son pavillon pour la deuxième fois en quelques semaines. Après Gibraltar en août, c'est son tout nouveau pavillon, Panama, qui annonce vouloir le radier. L'Etat invoque le fait que l'Aquarius refuse de débarquer les personnes qu'ils recueillent en Libye. Derrière cette annonce, il y a une procédure des autorités italiennes qui ont formulé une plainte officielle à l'encontre du Panama, invoquant le fait que l'Aquarius ne respecte pas les procédures juridiques internationales. Alors que SOS Méditerranée, s'appuyant sur un avis du Haut Commissariat aux Réfugiés, considère que la Libye n'est pas le port sûr que les conventions internationales sur le sauvetage qualifie comme lieu de débarquement des naufragés.

L'Aquarius a recueilli 11 migrants à bord d'une petite embarcation en fin de semaine dernière, tous en provenance des camps libyens. Comme pour les derniers sauvetages, aucun pays européen n'a pour l'instant indiqué vouloir autoriser l'accostage du bateau. SOS Méditerranée et  Médecins sans Frontières ont indiqué au quotidien Le Monde qu' « en attendant que nous ayons évalué la situation, nous poursuivons notre mission de sauvetage, dans le respect des lois maritimes internationales ». L'Aquarius est le dernier navire de sauvetage affrété par une ONG sur la zone.

Aller plus loin

Rubriques
Marine marchande
Dossiers
Migrants