Aller au contenu principal

Le BSAA (bâtiment de soutien et d’assistance affrété) Argonaute a pris sa station à Cherbourg hier. Il est arrivé en provenance de Brest, port dans lequel il était en veille depuis 2004 et d’où il a participé à de très nombreuses opérations de lutte contre la pollution, dont récemment celle du Grande America, et de sauvetage. Il a relevé le VN Sapeur de SeaOwl, venu lui-même à Cherbourg en novembre pour prendre le relais du bâtiment de soutien régional Elan de la Marine nationale, retiré du service l'été dernier. 

Il est à noter que l’Argonaute a dû attendre l’arrivée à Brest du nouveau Sapeur (ex-Odin Viking) pour pouvoir rejoindre le port du Cotentin. Le nouveau BSAA de SeaOwl devait initialement prendre son poste au 1er janvier mais n’est finalement arrivé que le 5 à Brest après des travaux de réaménagement dans les chantiers Piriou de Concarneau.

L’Argonaute, propriété de Bourbon offshore Surf, est sorti des chantiers norvégiens d’Aker Brevik (aujourd’hui Vard) en 2004 et a été directement affrété par la Marine nationale. Basé sur un design UT 710, il mesure 69 mètres de long pour 15.5 mètres de large. Son déplacement en charge est de 4200 tonnes. Son pont arrière de 420 m2 peut stocker jusqu’à 2000 tonnes de matériel, le navire pouvant aussi stocker jusqu’à 1500 m3 d’eau mélangée à du pétrole dans ses soutes. Grâce à sa grue Hydramarine disposant d’une capacité de levage de 23 tonnes à 7 mètres, il est indépendant pour le chargement à quai du matériel adéquat.

L’Argonaute, qui est actuellement le plus récent des quatre BSAA affrétés par la Marine nationale, a été construit sur le modèle des puissants remorqueurs offshore. S’il peut être envoyé en assistance pour remorquer un navire en difficulté (132 tonnes de traction au point fixe), ses capacités de ravitailleur offshore et releveur d’ancres le rendent encore plus adapté pour la lutte antipollution. En effet, son pont arrière dégagé et donnant directement sur l’eau en fait un parfait outil pour la mise en place d'un barrage flottant. Il peut déployer un système de récupération flottant de 300 mètres. Son système de positionnement dynamique lui permet de se stabiliser en mer. Toutefois, la mise en œuvre d’un dispositif antipollution de type barrage flottant ne peut se faire au-dessus d’une mer force 3.

 

Aller plus loin

Rubriques
Marine marchande
Dossiers
Marine nationale