Aller au contenu principal

Six opérations de sauvetage en 72 heures. L'Ocean Viking, navire de SOS Méditerranée, a recueilli 572 rescapés dont 183 mineurs à son bord. L'équipe de l'ONG a également trouvé cinq embarcations en bois vides ayant été interceptées par les garde-côtes libyens dans la zone de recherche et de sauvetage de Malte.

Un des sauvetages, qui a eu lieu dans la nuit de dimanche à lundi, a dû être mené dans l'obscurité totale. 369 hommes, femmes et enfants étaient entassés sur une grande embarcation en bois qui risquait de chavirer. Les équipes de l'ONG n'avaient pas vu ce type d'embarcation depuis plusieurs années. A bord, les rescapés ont déclaré avoir passé jusqu'à trois jours en pleine mer avant d'être secourus. Ces derniers jours, l'équipe médicale à bord de l'Ocean Viking a traité des cas de brûlures dues au carburant, d'autres dues au soleil, de déshydratation et d'épuisement extrême dus à des voyages aussi pénibles en mer. En outre, deux rescapés, qui font partie des 183 mineurs à bord, sont en situation de handicap. L'un d'eux, souffrant d'une paralysie partielle, a été retrouvé à bord d'une embarcation en bois avec son fauteuil roulant.

L'Ocean Viking attend désormais un port sûr pour débarquer. Par ailleurs, le Geo Barents, récemment affrété par Médecins Sans Frontière, est actuellement immobilisé au port d'Augusta. Comme 12 autres navires d'ONG ces deux dernières années, il a été arrêté par les autorités italiennes suite à une inspection de l'Etat du port. 

L'Union européenne n'a toujours pas réussi à se mettre d'accord sur un mécanisme d'accueil et de répartition des personnes rescapées, alors que l'Office internationale pour les migrations estime à au moins 723 le nombre de personnes disparues en mer depuis le début de l'année.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteu

Aller plus loin

Rubriques
Marine marchande