Aller au contenu principal

L’assemblée de l’Organisation Maritime Internationale a adopté la semaine dernière des amendements visant à l’augmentation de la taille du Conseil, son organe exécutif. Celui-ci va s'enrichir de 12 membres, portant ainsi son effectif à 52 pays. Selon Kitack Lim, le secrétaire général de l’OMI, ce mouvement vise à une « meilleure représentation, plus d’équilibre, de diversité et d’efficacité » au sein de l’institution.

Quatre catégories de nations sont désormais représentées au sein du Conseil. La première regroupant les pays « ayant la plus grande part dans la fourniture de services maritimes »  (Chine, Grèce, Japon, Norvège, Panama, Corée du Sud, Russie, Royaume-Uni et Etats-Unis). La deuxième pour ceux « ayant une large part dans le commerce maritime », dans laquelle se trouve la France aux côtés de l’Australie,  du Brésil, du Canada, de l’Allemagne, de l’Inde, des Pays-Bas, de l’Espagne et des Emirats Arabes Unis. Et enfin la dernière pour les pays ne tombant pas dans les catégories précédentes mais « ayant un intérêt particulier dans le transport maritime ou la navigation » et « permettant une meilleure représentation géographique » : Bahamas, de Belgique, Chili, Chypre, Danemark, Egypte, Indonésie, Jamaïque, Kenya, Malaysie, Malte, Mexique, Maroc, Philippines, Qatar, Arabaie Saoudite, Singapour, Thaïlande, Turquie et Vanuatu. Dans un même souci de représentativité, trois langues officielles (Chinois, Russe, Arabe) ont été ajoutées aux trois existantes (Anglais, Français et Espagnol).

Les mandats des membres sont de quatre ans, à la suite desquels ils sont rééligibles. L'OMI compte actuellement 175 Etats-membres

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Aller plus loin

Rubriques
Marine marchande